Patriotes

Tous les vendredis, un bout de rue (De Gaspé et Jean-Talon) vibrait fort dans l’air. Sauf l’hiver, aux fenêtres fermées.

La bruyante fanfare (rudimentaire musique d’un corps de clairons et tambours) éclatait, tonnait au jubé de la salle de récréation de mon école. On disait : « Le salut au drapeau! » Un brigadier de neuvième année lisait d’abord une solennelle déclaration patriotique. Ça se terminait par des: « Je jure… ma vaillance, mon drapeau… ma patrie… » et les clairons surgissaient, nous en frissonnions tous.
Un vague nationalisme, lyrique, généreux, aveugle, catholique et empesé se répandait dans ces années 1930. Ce sera pire quand la guerre éclatera, 1940, etc. Nous disions tous en ce temps-là: « Le Canada, mon pays! » Québec, c’était le nom d’une petite ville lointaine, gentille, insignifiante. Nous respections tous notre drapeau national: un grand linge rouge avec des symboles et, dans un coin, l’Union Jack de Londres, ville banale, rien avoir avec « nous tous », Montréalais prétentieux.
C’est avec les années 1960 que débutera l’actuel (encore vibrant?) nationalisme. Pour ma part, c’est avec le début du R.I.N. avec, donc, mon ami tribun, ce prodigieux Pierre Bourgault, une sorte de dominateur aimable, orateur absolument hors du commun, d’une démagogie toute moderne, que je deviendrai un militant.
Un « engagé fier ». Un enragé aussi parfois, scripteur tout dévoué, de LA CAUSE DE NOTRE INDÉPENDANCE. Avant, je me fichais de cela: la politique. Aucun intérêt. Je n’avais nulle autre patrie que le monde des arts. J’étais d’un certain groupe de jeunes intellos qui ne vit que pour peinture, gravure, sculpture…
Ah oui, les arts.
Ah oui, les arts. Fin de tout sur cette terre! Univers unique, comme totalitaire, exclusif et indifférent aux mondes ordinaires. « Les autres », nous tous, aspirants artistes, on les ignorait. À cette époque, nous méprisions volontiers « les gens du commun ». À nos yeux, le peuple (une molle, froide populace, maudite engeance) baignait complaisamment dans sa tiédeur; tous, des ignares crasses; nos voisins, nos parents, tout le monde autour de nous, formait un vaste régiment d’inconscients, de sordides impuissants, des masses d’aveugles automates. D’utiles cibles pour nos adversaires, tous nos ennemis, étaient de niais serviteurs de —entre autres— nos « bons maîtres », les Anglais, LES MAUDITS « BLOKES ».
Collégiens, chez les Sulpiciens du Grasset, certains prêtres, RARES, nous prêchèrent cette foi nécessaire, cette fierté, et même une certaine volonté de combattants. Certains de ces entraîneurs ensoutanés avaient de la faconde… Alors, peu à peu, dès la classe d’Éléments latins, s’éveilla une certaine prise de conscience.
Je l’ai dit, plongé ensuite (École des arts décoratifs, École du Meuble) dans la sphère des jeunes créateurs, ce sera : « Comment devenir ici » un Picasso, un Braque, un Klee ou un Giacometti? Nous rêvions « en folle et grande vitesse », une candeur! Diplôme en mains, ce sera, hélas, le réveil de tous. « À terre avec la dure réalité à étreindre », comme l’écrivait un Rimbaud, rêveur des rêveurs avant son navrant exil en Afrique.
Le flou, la cassure
La patrie? Le patriotisme? Un mot toujours flou alors. On grimaçait, les jeunes. « Une vieille notion à papa », bonne qu’avec les sbires de ce prof-curé, cet historien « premier », ce chanoine d’Outremont, cet Abbé Groulx. Vaillant initiateur désormais! Nous, la jeunesse de 1950, on fuyait. La guerre nous avait rapprochés de l’Europe, de Paris qui était notre « SEULE » Patrie! Les grands combats (on lisait des revues de Paris!) menaient du surréalisme au cubisme, du pointillisme à l’art abstrait. Un certain brillant animateur, Borduas, formait des équipes de révoltés-des-arts et nous étions emballés. Nos pères (sauf Fortin, et encore…) n’étaient plus que des pondeurs de vieilles croûtes à paysages remplis de clichés candides. Le clivage fut impétueux. Les anciens furent fusillés par notre hargne. Les nouveaux, seuls, eurent le droit de vivre. Alfred Pellan, autre prof et animateur, gagna cette bataille. Et tous ses jeunes suiveurs avec lui.
Enfin, la littérature aussi se fit « secouer le pommier », comme tout le reste. Émile Nelligan, mais à peine, fut tout de même respecté. Gaston Miron, pas né encore, dormait dans des langes étheriennes! Tous les disciples de Crémazie et de Fréchette furent anéantis! Et tout finira par changer. Pas une évolution lente, une brutale cassure. Jeunes gens affamés de neuf, on découvrait les poètes dits de La Résistance, devinrent nos modèles. Char, Breton, Supervielle, Desnos…
L’Hexagone, jeune maison pétillante, forma bataillon. Là que fut installée cette floraison de talents inouïs. Parmi eux, triomphante, l’aile des « soldats à plume », celle d’un patriotisme tout neuf. Exemple anecdotique, café sur café, au caboulot souterrain de mon père (Édouard, le peintre naïf connu) se rencontraient des Jean-Paul Filion ou Pierre Perrault, des Brault ou ce bègue, boutonneux, grimaceur si laid —et le plus doué— Roland Giguère.

QUEL EXIL À OTTAWA ?

 

CLAUDE JASMIN

Étrange réflexion du fédéraliste Laforest (à Laval) à propos d’un « Québec qui serait en exil (!) de lui-même à Ottawa » , aux éditions Québec-Amérique). On a lu ça et on reste perplexe. Son pressant appel « à la jeunesse d’ici » de « mieux participer à la vie politique fédérale » est un aveu de Laforest face à l’indifférence des jeunes. Il en est fort marri. Avec nos luttes ( de Jean Lesage à René Lévesque et Parizeau ), avec la puissance gagné du Québec actuel, oui, pour les jeunesses « on l’a notre pays !, c’est un fait. Et ils ont raison par rapport à cet ancien Québec, petite province timorée de jadis !.

Une photographie du renégat, G.-É. Cartier illustrait son article, j’y reviens, Cartier que le régime-Harper veut nous voir fêter, qui fut l’adjoint (toutou docile) du Grand Manitou, Macdonald. Jeune Cartier fut un des fiers Patriotes de 1837-38. Vieilli, il défroque et se fait un des « pépères » de la machine à diluer notre nation, cet engin pernicieux nommé Confédération. Cartier donc fut un vire-capot, on dira un infâme « collabo »de notre noyade. De notre minorisation.

Nos lecteurs doivent se questionner sur ce que signifie ce : « Un Québec « exilé » dans la fédération » ! Ce prof d’université écrit «  le Québec est un joyau pour le Canada ». Quoi ? Notre pays le Québec, une bébelle ? Un colifichet, une parure ? En réalité, face à l’énorme pays étatsunien, les Canadians (de Toronto à Vancouver) utiliseraient le Québec comme simple « caution » !!! Tous ces anglos, faisant hypocritement mine de « tolérance du français », farcesque, on a vu et on voit : c’est notre « l’assimilation » qui fut en marche, elle l’est encore, partout, pas seulement en Ontario ou en Manitoba.

Ce M. Laforest est-il aveugle : voyez les hordes de migrants, venus d’Asie ou d’ailleurs, s’ajoutant à cette dilution. « A mare ad mare ». En effet professeur, les jeunes sont mieux instruits, clairvoyants même : en 1974, les nouvelles générations sentent qu’ils l’ont déjà leur pays, le Québec, qu’ils forment une nation et, surtout, plus lucides, que le Canada désormais peut se passer de nous, faire élire un chef à leur gout tel M. Harper.

Nos jeunes ne s’intéressent même plus à la vieille bataille des référendums car nous ne sommes plus 30 %, nous serons à Ottawa bientôt un petit 10% ? Donc sans plus aucun pouvoir. Au Québec, nous restons majoritaires, plus de 80 % Alors, quoi cet exil ? Aucun exil, c’est un refus un rejet, même pas, une indifférence et cela crucifie ce cher bon vieux bonze de Laval. Son grave « déni » —d’ordre sentimental ?— est pathétique. Sniff, sniff… on va interdire aux blokes —rednecks ou pas — « leur « bébelle » nommée « joyau ».

Une réalité ? Le Canada n’existent pas à fond, c’est un pays artificiel (Duhamel dixit). Ses gens sont totalement engloutis, envoutés par la populaire culture-USA. Un nation abonnée à… magazines, films, radio et surtout télé, exclusivement étatsuniens ». Un fait patent. Vérifiable. Allez visiter ça un moment, vous le constaterez, Toronto est jumelle, sosie, de Chicago. Ou de Boston. Ce qui désole leurs élites.

Québec, simple « joyau » est vraiment une molle, inefficace parure. Oui, de Toronto à Vancouver, les Canadians ignorent complètement, notre culture. Ne connaissent nullement nos écrivains, notre théâtre, même la riche chanson populaire du Québec. Même nos plus grandes vedettes. Ah non, cette niaiserie des « deux solitudes », assez ! Il y a vraiment deux pays et l’un des deux est totalement colonisé par les USA.

LA SQ EST-ELLE LIBRE?

 

Le 8 octobre, le chroniqueur de LA PRESSE, émérite à mon avis, raconte une pression d’enquêteurs de la S.Q. Il donne aussi deux preuves que la S.QF. n’est pas libre. Le journal publie aussi une rétorque de M. Forget, directeur de la S.Q. mais celui-ci ne pipe pas mot, pas un seul, sur les graves accusations de Lagacé. À savoir que, en 2002, la police part enquêter sur le maire Vaillancourt —qui est aujourd’hui accusé de « gangstérisme » !— et qu’il il n’y aura aucune suite; aussi, lors qu’une autre enquête de la S.Q. sur la FTQ a totalement foiré il y a quelques années. Depuis on a su —via la Commission Charbonneau— de bien crapuleuses machinations.

Tout s’est déclenché quand la rumeur du milieu répandait (selon Félix Séguin de TVA) disait que Patrick Lagacé, était un « un stool ! car le 23 septembre dernier, un de la S.Q., Michel Comeau, exige une rencontre pour lui faire cracher les noms de ses sources à propos du policier S,.Q., le « ripou » Ian Davidson.

Tout cela publié le 8 octobre dernier, ma stupéfaction, ni le directeur de la S.Q., Forget, ni aucun des commentateurs de la sordide démarche policière du policier Comeau n’a exigé la lumière sur les deux faits révélés par Lagacé, S.Q. manipulés par le pouvoir. Ô grand Shakespeare, « Someting roting in the kingdoom » ! En écho, l’éditorialiste Paul Journet, tout comme Tommy Chouinard, et tous les autres chroniqueurs, n’en eurent que pour l’affaire de la « révélation forçée » des sources  » Une affaire dégueu mais bien moins grave que les affirmations de Lagacé sur le contrôle politique de la S.Q. (Maire Vaillancourt et FTQ.) Déplorable narcissisme journalistique, complaisance corporative ? Oui ou non, directeur Forget : « la police du Québec est-elle vraiment libre ? »

QUEL EXIL À OTTAWA ?

Étrange réflexion du fédéraliste Laforest (à Laval) à propos d’un « Québec qui serait en exil (!) de lui-même à Ottawa » , aux éditions Québec-Amérique). On a lu ça et on reste perplexe. Son pressant appel « à la jeunesse d’ici » de « mieux participer à la vie politique fédérale » est un aveu de Laforest face à l’indifférence des jeunes. Il en est fort marri. Avec nos luttes ( de Jean Lesage à René Lévesque et Parizeau ), avec la puissance gagné du Québec actuel, oui, pour les jeunesses « on l’a notre pays !, c’est un fait. Et ils ont raison par rapport à cet ancien Québec, petite province timorée de jadis !.

Une photographie du renégat, G.-É. Cartier illustrait son article, j’y reviens, Cartier que le régime-Harper veut nous voir fêter, qui fut l’adjoint (toutou docile) du Grand Manitou, Macdonald. Jeune Cartier fut un des fiers Patriotes de 1837-38. Vieilli, il défroque et se fait un des « pépères » de la machine à diluer notre nation, cet engin pernicieux nommé Confédération. Cartier donc fut un vire-capot, on dira un infâme « collabo »de notre noyade. De notre minorisation.

Nos lecteurs doivent se questionner sur ce que signifie ce : « Un Québec « exilé » dans la fédération » ! Ce prof d’université écrit «  le Québec est un joyau pour le Canada ». Quoi ? Notre pays le Québec, une bébelle ? Un colifichet, une parure ? En réalité, face à l’énorme pays étatsunien, les Canadians (de Toronto à Vancouver) utiliseraient le Québec comme simple « caution » !!! Tous ces anglos, faisant hypocritement mine de « tolérance du français », farcesque, on a vu et on voit : c’est notre « l’assimilation » qui fut en marche, elle l’est encore, partout, pas seulement en Ontario ou en Manitoba.

Ce M. Laforet est-il aveugle : voyez les hordes de migrants, venus d’Asie ou d’ailleurs, s’ajoutant à cette dilution. « A mare ad mare ». En effet professeur, les jeunes sont mieux instruits, clairvoyants même : en 1974, les nouvelles générations sentent qu’ils l’ont déjà leur pays, le Québec, qu’ils forment une nation et, surtout, plus lucides, que le Canada désormais peut se passer de nous, faire élire un chef à leur gout tel M. Harper.

Nos jeunes ne s’intéressent même plus à la vieille bataille des référendums car nous ne sommes plus 30 %, nous serons à Ottawa bientôt un petit 10% ? Donc sans plus aucun pouvoir. Au Québec, nous restons majoritaires, plus de 80 % Alors, quoi cet exil ? Aucun exil, c’est un refus un rejet, même pas, une indifférence et cela crucifie ce cher bon vieux bonze de Laval. Son grave « déni » —d’ordre sentimental ?— est pathétique. Sniff, sniff… on va interdire aux blokes —rednecks ou pas — « leur « bébelle » nommée « joyau ».

Une réalité ? Le Canada n’existent pas à fond, c’est un pays artificiel (Duhamel dixit).Ses gens sont totalement engloutis, envoutés par la populaire culture-USA. Un nation abonnée à… magazines, films, radio et surtout télé, exclusivement étatsuniens ». Un fait patent. Vérifiable. Allez visiter ça un moment, vous le constaterez, Toronto est jumelle, sosie, de Chigago. Ou de Boston. Ce qui désole leurs élites.

Québec, simple « joyau » est vraiment une molle, inefficace parure. Oui, de Toronto à Vancouver, les Canadians ignorent complètement, notre culture. Ne connaissent nullement nos écrivains, notre théâtre, même la riche chanson populaire du Québec. Même nos plus grandes vedettes. Ah non, cette niaiserie des « deux solitudes », assez ! Il y a vraiment deux pays et l’un des deux est totalement colonisé par les USA.

« J’IRAI PISSER SUR VOS TOMBES », BORIS VIAN.

À la première occasion, moi aussi, j’irai pisser « au pied » du monument de l’ange « au pied » du mont Royal. Monument en faveur de ce maudit verrat de Cartier. Pas Jacques le découvreur mais Louis Hyppolite Georges-Étienne, Celui que le « con-servateur » Harper veut nous voir fêter face à son 200 e anniversaire de naissance.

Ce triste vire capot, ce Cartier, fut d’abord un actif Patriote de 1837-38 souhaitant une république libre mais il va défroquer et se convertir à l’idée d’un beau grand Canada ! Il dira « Bonjour et bienvenue » à l’assimilation en se joignant aux blokes, le grand manitou chef des fédérats, John Macdonald. Avons-nous le goût, Québécois, de fêter le traître Cartier?

Il y eut d’abord « l’Acte d’Union » en 1840, faisant de nous, l’autre nation… qui doit fiancer les anglos, alors nation minoritaire. Merde : 27 ans plus tard, en 1967, voici donc la nouvelle offre : ce projet de « confédération ». Résultat : notre nation sera emmêlée avec les autres provinces anglos. Une crasse dilution, une noyade planifiée et on aura une seule petite voix, devenant des minoritaires en ce neuf pays. Cela à jamais.

L’homme accroché à l’ange du mont Royal, bronzé, ce Cartier de malheur, va donc contribuer à étouffer l’idée même que nous formons une nation, tentative « d’assassinat politique » quoi ! 1867, effroyable date, pas à commémorer mais à bannir, à détester, à regretter. À Ottawa, l’Harper éructe : « Musique, drapeaux, hourrah pour Cartier ! » Le signataire empressé de cet horrible pacte; les « Père de la Confédération » furent des « les meurtriers politiques des Québécois.

Non mais…Harper et ses sbires fédérats comptent bien sur l’ignorance de tant des nôtres en histoire.

Musique : premier mouvement donc en vue de notre minorisation, à Charlottetown en 1864, en septembre, un mois plus tard, le faux jeton de Cartier est à Québec avec le renforcement du sinistre « pacte ». À diluer » notre peuple. Sans Cartier, zélote diabolique, il n’y aurait pas eu cette « sauce anglaise », épaisse, nommée Confédération, Harper le vante donc. 1867 et on se retrouvait une simple province, une seule, parmi toutes les autres. Combat inégal.

Maxime Laporte, président de la SSJB, a tout à fait raison de crier au scandale, ce Harper, qui pisse lui aussi, par exemple, sur le Prix Thérèse Casgrain, veut organiser la commémoration. Il le sait : sans la fougue fédérastique du Louis Hyppolite Cartier, pas de confédération ! Cette union maudite fait qu’à l’avenir, 2018 ?, Harper pourrait être réélu, cela sans aucun apport du Québec. Terminé désormais, on l’a bien vu, notre ancien poids politique, fini. Ouvrez les yeux les innocents Québécois, on vaut plus rien à Ottawa, au bord du Canal Rideau, in Ontario.

Nos plus jeunes voteurs doivent apprendre qu’être « une simple province sur dix », là-bas, à Ottawa in Ontario, n’offre plus aucun pouvoir. Et que nous serons bientôt quoi ?, 20% parmi les Canadians fédérés. Une insignifiante minorité alors que nous sommes majoritaires chez nous au Québec. Bientôt, dans cette Confédération-à-Cartier nous ne vaudront vraiment plus rien du tout. Les jeunes, face à cette nouvelle situation saisiront, c’est certain, que seule l’indépendance sera notre issue salutaire. Ouf ! Il sera temps !

GRAND ALLAH DE MES DEUX FESSES !

Nos chefs politiques sont des peureux politiques, des pleutres dégueulasses, des mauviettes immondes. Ne rien faire face à d’innocents « enfants juifs » victimes des conneries fascistes de groupements Juifs, extrémistes de Jéhovah; dont Sainte Agathe fut infestée. Ces super-hassidims assassins d’âmes d’enfants, leurs leaders juifs, pas moins froussards et lâches, ne condamnent pas non plus ces dérives atroces.
Il en va ainsi des Musulmans. Par une sorte de puante solidarité, c’est aussi le silence face à leurs « fous » d’Allah. On ne les voit pas, on ne les entend pas, se dresser avec bon sens, par santé mentale aussi, pour condamner leurs congénères maniaques et dégénérés. Ces désaxés qui entraînent les jeunes gens —fragiles toujours— dans des actions meurtrières au Moyen-Orient. Quelle horreur pour cette mère de chez nous (La Presse) qui, impuissante, voit son grand gars sombrer dans l’horreur des extrémistes de l’Islam —une religion de paix au départ.
Mon Dieu, mon Dieu, comme je me serais battu furieusement, avec toute la force inimaginable d’un père révulsé, révolté par ces « tabarnacs » de prédicateurs de haine, voyant mon fils —ou un des mes petits-fils— fréquenter (rue Jean-Talon ?) une satanée mosquée extrémiste. Mon garçon , écouter pieusement un ces « kalices » d’immams » fous. Excusez, je sacre quand je suis en colère, hélas ! Je deviendrais fou de douleur, pauvre mère éplorée de La Presse, découvrant mon enfant aux mains de ces maudits religieux radicaux, ces sales « curés d’Allah », déboussolés. Oh mon Dieu, ma totale désolation : voir un des miens vouloir soudain apprendre l’Arabe et pire, le savoir parti pour, par exemple, la Syrie.
Mon fils parti pour tuer au nom de Mahomet, salade d’horreur, pauvres mamans perdues et désolées, ici comme à Berlin ou à Londres, enfant s mal grandis et victimes de ces prédicateurs de haine. Je les maudis tous ! On a eu, jadis, de ces troupes de connards enflammés —la Gilberte Coté- Mercier et ses sbires !—, tous avec drapeau au vent, un saint missel sous l’aisselle. le chapelet vissé aux pinces, portant le béret blanc et cherchant à enrôler d’autres naïfs québécois. Ces bandes disparues, autrement plus zélés que ces Témoins de Jéhovah pacifiques a nos portes le samedi ou dimanche. Tous, alors, nous avons caricaturé, vilipendé et injurié ces affreux zélotes-Bérets-blancs. On a eu ce courage, pas comme les muets et prudents complices « des fous » qui se taisent. Juifs ou musulmans. Triste sordide solidarité. Oui, des pleutres et des lâches. Une religion souvent dé-vie, (hors vie) devient folle. Le christianisme a connu ces horreurs, songeons par exemple au fascisme de l’Inquisition. Aux bûchers assassins partout pour éliminer « les tièdes » ou « les sorcières », une horreur du Vatican d’antan au nom du Dieu catholique.
Agnostique mais croyant, je fuis toute gnose, je me sauve des dogmes. Dogme, cette lie du monde spirituel, ces écrits de qui font du besoin humain de transcendance souvent une ignoble porcherie. Combien de jeunes garçons —les filles sont raisonnables davantage ?— aujourd’hui, au Québec ou aux des États-Unis, en Allemagne ou à Londres (tellement) partent pur le Moyen Orient pour y cueillir un obus, une bombe, une mitraillette. Ici même, à Sainte Adèle, venant d’apprendre l’affreux voyage d’un fils perdu, une mère pleure peut-être…

IL FAUT TUER LE PÈRE ?

Deux jeunes ados au parc Aubert du bord du lac : l’un : « Moi, mon père ». L’autre ; «  Mon père , moi… » J’vous dis que ça y allait. Caché, j’écoutais. Classiques premiers échanges de jeunes amoureux ? Oui. Il y aura aussi la mère qui…et la mère que…L’amour nouveau des enfants grandis s’ajuste, se compare, se discute. « On fera mieux que nos vieux » et c’est cela la vie. La jeunesse :assurances d’un bien plus grand bonheur, d’une meilleure réussite. Illusions inévitables. Oui et depuis les débuts du monde sans doute.
J’ai détesté mon père, jeune, à vouloir le tuer parfois. Ma foi oui ! Symboliquement ben entendu. Le génial Freud le proclamait et André Malraux, émérite penseur, lui aussi, prétendait que c’était classique. Qu’à trop vénérer le père, on ne grandit pas, on reste dominé, figé en enfance. Comme je regrette maintenant nos noires vilaines querelles, c’est qu’il était si pieux, si prudent, conventionnel, tellement conservateur. En ce temps-là, je me voulais au moins trois choses : agnostique, socialiste, indépendantiste. Ce dernier trait achevait de le désespérer et de me maudire !
Je vais aujourd’hui consoler un peu les ados révoltés. Je n’ose dire : on en revient de ces fréquentes chicanes terribles pourtant, oui, avec l’âge, on comprend mieux et on finit par pardonner. Par oublier même. J’ai joué souvent avec le mot papa, j’ai composé le roman d’une parisienne venue au Québec pour son papa vétérinaire, et qui « tombera » (dès les barrières à Dorval), amoureuse folle d’un beau gars de la Cöte-Nord. Le titre ? « Papa papinachoix ». J’ai, il y a peu, signé un ouvrage de non-fiction : « Papamadit ». Pour raconter en riant les lubies de papa, un fou des stygmnatisées catholiques ! Voilà que, récemment, c’est au tour de mon propre fils de me harceler avec des griefs ; fondés hélas pour la plupart. Quel père est parfait ? Ses reproches (mon Daniel l’ignorait) se mêlaient, à mes actuelles. Lectures ! Deux biographies « Père-fils », celle d’Amédée Papineau, en chicane avec son père, le chef des Patriotes. Je lis aussi ( « Le moine et le philosophe ») la bio d’un savant, Ricard, qui quitte tout pour devenir le chantre du Dalaï Lama ! Imaginez le monde séparant Revel, papa journaliste et le métaphysicien réfugié au Népal !
Quand Louis-Joseph Papineau (ex-condamné à mort) a le droit de rentrer d’exil —il a fui aux Etats-Unis où le Président Grant refuse de l’aider, puis à Paris où ce sera le même refus d’aide—« le père » se réfugiera dans son tranquille manoir seigneurial. Scandakisé. Choqué, le fils fera tout pour le remettre aux combats nationalistes. Rien à faire, Amédée enragera de voir ce « Papy-Louis-Joseph » abandonner l’action politique démocratique. Ce fils aîné, le célèbre tribun en avait fait son jeune secrétaire, l’avait amené partout aux tumultueuses assemblées des années 1930, avant les Rébellions armées.
Les motifs de mésentente entre mon fils et moi sont bien légers face à cet intéressant récit de Francine Lachance (Boréal). C’est un livre bien documenté, fort instructif sur cette époque terrible, maudite, quand La « Couronne royale » nous infligea d’abord (1840) cette union forçée, « L’ Acte… » Comme ( en 1867) cette fausse Confédération (si chère à Harper), un machin diabolique pour nous mieux diluer, une patente infâme afin d’augmenter cette dilution, la domination et avec la collaboration du clergé catholique soumis à la monarchie d’Angleterre. Et Amédée Papineau ne tua pas son père.

 

 

VIFS PAPOTAGES SOUS LES CISEAUX !

C’est avec plaisir que je vais à ma visite « menstruelle » (sic) à un salon-de-ragots, sur le Chemin Péladeau; là où coulent à flots d’incontinents bavardages. Ce cher barbier où le boss ricaneur, Yvon Racette, est intarissable. Racette est un piquant géographe amateur des alentours adèlois à la langue bien pendue. Aussi un sociologue autodidacte ( les plus clairs). Et même un ethnologue-du-dimanche. Enfin : un anthropologue primitif.

C’est dans son fauteuil —tournant et à manivelle— que je me régale. Racette est aussi poète à ses heures. Il me glisse entre deux coups de tondeuse : « Bientôt la neige ! La neige muette blanche (qui va poser partout ses manteaux d’hermine).» D’un jet !» C’est chez mon « raseur de barbe blanche » (lieu dit « Des Sportifs ») que me parviennent des informations en tous genres. Parfois, quittant « la chatte-à-valeurs », mon compère aux peignes-fins me cause de jadis, de l’innocent des bois, un fou bien gai, ou de l’édenté, un quêteur d’en Pays d’en haut, oui d’un bûcheron encabané, sorte de Bill Wabo, (de Grignon). Enfin d’un bizarre laideron, faux-Don Juan aux cheveux gominés qui se voulait « danseur mondain ». L’Yvon donne aussi les « signes vitaux » récents de certains de ses clients (d’ex-camarades des ondes), populaires populistes, ces Ron Fournier ( de St-Sauveur), Gilles Proulx, Réjean Tremblay (de Ste-Marguerite). Tous camarades du vaillant « Claude-Poarier-aux-dividus-suce-spectre. »

Chez Racette c’est un puits de potins, salés et/ou sucrés. Aussi des évocations nostalgiques, par exemple du temps où il fut le « coiffeur privé » du « manitou » feu Pierre Péladeau. Ses outils vibrent, et, remuant sa chevelure d’ébène faux, mon Yvon, hilare, ne tarit pas, image classique du figaro à libre clapet. Dans tous nos villages laurentidiens, on en trouve un au « mâche-patates » (salut VLB !) à la margoulette désopilante, capables de rigolades mais aussi de vipérines attaques envers nos « politichiens » véreux. Sa riante boutique est un petit musée garni des saintes « reliques » du monde du sport : casquettes, écussons, chandails, insignes, crosses de hockey et même sièges du vieux Forum ! Les artefacts divers du monde des sportifs « à bedaines ». La télé de cette « chapelle ardente fait voir, en permanence, des matchs divers.

Soudain, jeudi, le rasoir en l’air, mon Yvon s’écrie : « Regardez-moi donc ça ! C’est-t-y assez beau ? » par sa vitrine baignée de soleil, venue de l’école voisine, trottinait une chaîne de bambins fortilleurs, tous encordée. L’avenir du Québec passait ! L’héritier Éric, détenteur de l’autre « chaise électrique » (échotier ici au journal) n’est pas moins amène et bavard, sociable et disposé à tout humour, cruel ou tendre. Un duo père-fils amateur de piques et horions pas seulement des attendris. Qui ignore encore que c’est là que l’on peut prendre le pouls exact du populo ?

Dans mon feuilleton « La petite patrie » (1974-76) je n’ai pas manqué d’en installer un de ces « figaros »; l’acteur (feu Roger Garand) le jouait avec compétence. Parloirs utiles pour narrer des secrets qui, scandalisaient parfois mon pieux papa ultramontain et, en1940, attendant mon tour, j’ouvrais les yeux et les oreilles sur « ma » société tricotée serrée. Rue Jean-Talon coin Drolet, comme chez Racette, fonctionnait une « faculté universitaire »… et populaire, lieu de sciences politiques », vivante « école ».

Vive nos barbiers !

 

 

LUISEZ BELLES AURORES BORÉALES !

Une rôdeuse matinale me remet un article du quotidien raciste, The Gazette, machine francophobe (très phobe). Croyez-le ou non, des nôtres, masochistes insoignables, achètent cette pourriture. Attention : ce quotidien contient d’excellents journalistes et leurs articles sont solides mais il y a ses éditeurs, chroniqueurs et même caricaturiste. Ainsi, Aislin, dessinateur émérite, a déjà publié un bonhomme se léchant l’anus (!) et mis en légende: « The patriot ! »

Ma courageuse anonyme m’offrait donc un texte sur « cinq colonnes », pissé par ce fieffé Conservateur né (et élevé) dans l’ancien ghetto « bloke » de Shawinigan Fall, un certain Peter Blaikie. Ce dernier reprend son « antienne sur l’air : « Pour les indépendantistes, c’est clair, les anglophones et les allophones ne voteront jamais en faveur d’un Québec souverain. » Grosse nouvelle hein ? Ou Blaikie joue un rôle ou bien c’est un imbécile. Ce que je ne crois pas. Tous ses reproches à Pauline Marois ( massacreuse d’anglais, n’est-ce pas ?), dette grandissante, surtaxes, bureaucratie comme lierre, attitude anti mines, Montréal tant négligé, etc.) s’appliquerait autant à Charest qu’à (ma foi) Bourassa ! Frileux sur la Loi 101, il vante (faux louangeur !) le bilinguisme merveilleux des Lévesque, Parizeau, Bouchard et même de J.-F. Lisée.

Ce braqué de Blaikie termine l’étalement par : « la langue devient obsessionnelle avec les Marie Malavoix et Cie, voici la sotte Loi 14, la folie des manuels d’histoire nationalistes, etc . » Paniqué, (même s’ils sont 300 millions sur le continent et nous 2 ?) le Hérault de The Gazete crie : « Anglos, ne nous laissons pas manger la laine sur le dos ! » On lit ce raciste et puis on va se laver, patauger dans le Rond et je revois, ce midi, sur les troncs des pins et des saules du rivage, des reflets mouvants, sorte d’aurores boréales.

C’est l’eau du lac, remué par la brise, qui m’offre ce spectacle cinétique tout à fait envoûtant. Ça repose les yeux de ces lectures francophobes. Je n’ai aucune carte d’aucun pari politique. N’en ai jamais eu. Sauf durant 15 jours, car obligé, voulant jouer le député mais des frileux à « cette grande gueule de Jasmin », pépères Parizeau, Royer, Boileau, chassèrent l’« esprit libre ». Je n’ai pas de « parti » donc, qu’une cause. Elle est naturelle. Mondialement répandue. Il y a plus de 150 nations à l’Onu. Je combattrai jusqu’à ma mort pour que notre nation aie une patrie. Mais je comprend ce que notre histoire —depuis « La défaite » (1763), la domination anglaise, les tentatives d’assimilation— a fait des aînés. Des citoyens ultra prudents, colonisés et aliénés.

J’ai grande foi en ceux qui viennent. La jeunesse québécoise ne traîne plus ces chaînes historiques, ces boulets héréditaires regrettables. Pour me détendre de ce nécessaire combat, je lis, je ris, je souris aux chansons nouvelles comme aux musiques actuelles et, hier, je ralentis rue Archambault, pour ce chat aux bizarres zébrures pourpres dont je vous ai parlé. Nous nous regardons longuement dans le fond des yeux. Je m’imagine qu’il veut me miauler : « Mon pauvre vieux patriote, tu vas mourir bientôt et tu ne verras pas ça une patrie pour les tiens. » Ça me fait de la peine et je file vers —récent cadeau au vieux papa— mon cher « Kindle » tout neuf. Où m’attendent des récits, des classiques et des nouveautés, à en oublier ces aveugles bienheureux, anglos « en ghetto », lisant ce torchon nommé « The Gazette ». Mais vous, aurores boréales qui entortillez les saules, luisez, luisez !

 

JE SUIS FIER DE MA RACE

Je suis fier de ma race. Moi, modeste greffe de tant de glorieux et modestes héros, je suis très fier de ma race. Moi, simple descendant de tant de nos pionniers français. Tous ces valeureux exilés remplis d’espoir. Je suis fier de descendre de ces courageux voyageurs venus de France et de les continuer. De poursuivre l’immense collectif ouvrage, îlot miraculeux dans un océan anglo-saxon. Je suis fier d’encore participer, avec tous les miens, à cette fantastique installation française qui dure depuis des siècles.

Oh oui, soyons fiers, tous ensemble, d’avoir su résister et organiser cette fabuleuse édification. Solide implantation, solide et fragile à la fois, en Amérique du nord. Sans aucune honte, montrons-nous une nation déterminée à exister, à durer, à s’épanouir en français. Des visiteurs du monde entier sont étonnés et admiratif de notre détermination d’exister, de durer, de nous épanouir en français.

Ma race n’est supérieure à aucune autre, ma race n’est inférieure à aucune autre. Ma race a son histoire qui est unique dans notre univers et, à la fois, semblable à tant d’autres sur tant de continents. Son histoire est une singulière épopée : résister. Durer. Se continuer malgré tant de tentatives de nos assimiler. Nous sommes toujours debout !

D’autres races de l’humanité ont une histoire bien à elles. Défaites et victoires. Atroces guerres, luttes injustes, grands combats héroïques. Ma race a traversé à l’occasion des temps difficiles et des temps heureux, on a été parfois fragilisés, au bord de perdre notre identité. Notre race a su triompher a duré. Et elle dure encore, je suis donc fier de ma race.

D’autres races ont de bonnes raisons d’être fiers, des motifs de grande fierté, aussi des raisons d’être assombris, quelques regrets. Chaque histoire nationale a sa fierté.

Je suis fier de ma race et d’applaudir nos créateurs,tous nos travailleurs, nos chercheurs et nos trouveurs, inventeurs parfois aux talents inouïs. Je suis fier de tous nos frères et sœurs en travaux inédits comme en simples ouvrages utiles pour nos continuités, la perpétuation pour ceux qui vont venir. Je suis fier de notre immense labeur — ordinaire ou providentiel.

Certains craignent le mot race et crachent dessus, ce sont les sans âme, les déracinés contents, allergiques aux contes, aux légendes et aux grands et petits faits historiques, des renieurs et contempteurs de notre avenir national. Ils sont masochistes écervelés et fiers de vivre sans histoire. Nous vous plaignons, froussards déguisés en « mondialistes ». Ils sont des forcenés de « l’équarrissage pour tous » et se disent « citoyens du monde ». Mais ils sont de simples consommateurs sans identité. Ah bas le déni, l’autocensure, la « rectitude politique », le mot race ne mord pas plus que le mot chien. Proclamons-nous fiers de notre race française en Amérique du nord, tout comme nous sommes fiers de tous ceux qui sortent de toutes les autres races de cette terre humaine pour venir nous joindre et nous continuer.

 

TEXTE PUBLIÉ DANS LE DEVOIR