« HOMO, À N’EN PLUS FINIR ? »

      Lire si (trop) souvent, dans journaux et revues, (aussi à la radio comme à la télé) de ces actuelles accusations retardataires … face aux curés aux nains longues et vicieuses. Pouah ! Ça pue parfois Car il y a eu « domination » sur enfants. Cela grandit en nombre, non ? Y a-t-il eu des « épargnés » !
Et moi ? Et moi ? chantait l’autre. Chez ces dignes et nobles « messieurs de Saint-Sulpice » ( ô supplice), rue Crémazie, le vice qu’on disait effroyable, se répandait. Il y avait, on les oublie, des profs fameux, si dévoués et si compétent. Salut à ta mémoire Paul Legault, prêtre !)
Il y avait aussi de ces sombres et tristes malades sexuels ! Aux moins deux à qui j’ai eu affaire. C.S. et  G. F. Deux prêtres vicelards bien « ensoutanés ». Chercheurs pathétiques d’affections… masculines bien charnelles ! Le vœu de chasteté pesait trop lourd !
Monstrueux guetteurs d’ados, ces jeunes gars appétissants à leurs yeux de « pédés-pédagogues » était une obsession morbide chez ces rôdeurs acharnés, parfois terreur des récréations, ou des mis en « retenues » après cours. Et cela  jusque dans le vaste boisé derrière le collège Grasset. Obsédés maudits !  On se sauvait de ces satyres et parfois littéralement ! Mais des jeunes d’un  « genre » mou, fragile, hésitant (des futurs fifis ?) cédaient à leurs avances charnelles. Des sataniques perfides filous et, profiteurs car « en autorité ».
Les plus forts rigolaient. On a vu des cas cruels: un élève jouait le consentant, rendez-vous et paf, bang !, sur le « lieu du crime », c’était coups de batte et regroupements subit d’élèves-témoins. Les moqueries, le chantage, donc, menaces de dénonciation ! Oh ! Que d’humiliations alors pour le « moine » déculotté et dénoncé. Cette misère sexuelle dans un monde de bigots et de dévots était lamentable. Des curés « invertis » furent exilés. On ne savait où. On parlait entre nous d’une « prison des prêtres », au fond des Laurentides.

Vérité ou rumeur, comment savoir ? Ces subits déménagements de  ces profs  « aux mains trop longues » nous intriguait fort ! Et puis, adieu les études, on part travailler dans la vie courante. Moi ? À vingt-cinq ans, parmi les  scénographes de la télé publique, devoir faire face encore à une bonne part de ces invertis. Certains aînés farauds, fort entreprenants, cherchant activement des complices, des co-religionnaires quoi.
Hyènes, des chacals impatients parfois ( à nos yeux) des séducteurs aveuglés, tous incapables de bien voir « qui en est » et « qui n’en est pas ». Parfois, des confrontations profitables certes. Des couples se formaient ! Alors il y eut des clans et des chapelles ardentes. Des factions aux cloisons solides. Aussi, une sorte de tolérance. Un drôle de marché, clandestin marché aux fesses. Moqué, ridiculisé. Une cruauté puisque l‘on naît homo, comme l’on naît les cheveux noirs ou blonds. Non ?
Découverte aussi, surprise, que les plus créateurs, les plus brillants décorateurs étaient souvent …des homos ! Silence alors. Justice alors. « La pire tapette » des lieux est « la plus folledingue ». Eh oui ! C’est parfois une sorte de génie !
Voilà donc que le plus sensible, le plus doué s’avère « en être !. Je deviendrai, je le souhaitais, son meilleur camarade mais ce cher R.P. s’exilera volontairement (* avec un « lui », plus jeune) en Italie, à Rome et à jamais ! Mes regrets de perdre un compagnon radio-canadien précieux, avec qui, les lunchs du midi dans une modeste gargote voisine devenaient comme de riches et instructifs cours d’histoire de l’art ! Éblouissant R.P. !
Plus tard, devenu aussi écrivain, je rédige mon deuxième roman ; « Délivrez-nous du mal », qui est le récit d’une « passion homosexuelle ». Une pré-publicité énerve un camarade (Jean-Marc) qui, inquiet, tourmenté, vient me questionner dans mon cagibi de scénographe : «  J’espère, Claude, que tu ne t’es pas servi de l’un d’entre nous, et pour le salir ? » Non. Homos, mes deux « héros » illustraient une incompatibilité de caractère et aussi « la honte » d’un père puritain. Le jeune (alors) cinéaste, J.-C. Lord en fit un (pas bien fort) film. En noir et blanc. Yvon Deschamps et Guy Godin jouaient ma paire d’amis contrariés. Via ILLICO ou autre machin, on peut se le visionner ; dépourvu de moyens, le film est faible et TVA (financier du film) le montre parfois à des heures impossibles.

« ANNUS HORRIBILE » !

Nettoyant encore mes paperasses, le vidangeur découvre une année noire : 1987. En un bien beau mois de mai, l’Édouard de ma vie, papa, meurt. 84 ans, mon âge en novembre. Même année, en novembre, c’est ma dévouée Germaine qui s’en va le rejoindre au ciel, que moi je nomme :la lumière des lumières (« lumen de lumine »). 1987 : je viens de prendre ma retraite de scénographe après 30 ans à la télé publique, là où ma compagne de vie, Raymonde, plus jeune, va travailler encore de nombreuses années comme réalisateure. Me voilà donc vieil orphelin et tous les jours, bien seul chez moi.

Bien savoir que dans notre petit marché, un écrivain ne peut tout de même pas publier plus d’un roman par année; et cela me prend un mois seulement, alors 11 mois à faire quoi ? Le temps me sembla bien long en 1987. Je présente en 1987 mon dernier « téléthéâtre », mon dixième, réalisé par feu André Bousquet, il s’intitule « On est tous des orphelins », un combat. Dans une arène, un père en courroux, « un homme de peu de mots », comme tant de nos pères, force son fils à mettre des gants et c’est alors un combat cruel, cet ex-champion boxeur (bien joué par Jacques Godin) s’exaspère d’un fils coureur-automobile en Formule 1, qui refuse de suivre ses traces. À la fin épuisés, ils pleurent ensemble.

Sur son lit de mort à Jean-Talon, en mai 1987, papa me reprochait encore de n’avoir pas fait un prêtre ! Puis, deuxième carrière, me voilà animateur de télé à TQS, un neuf canal. Ensuite la radio. À CKAC avec, disparue !, Suzanne Lévesque. Et ce sera cinq ans à CJMS avec Arcand. Enfin un an avec Serge Bélair, disparu aussi. À la fin, me voilà « débater » polémiste. À TVA avec Bureau. Cette fois ce sera mon « adieu aux armes » cher Hemingway. Devoir descendre à St-Jérôme, tard le soir, et faire face au camion-antenne de TQS au garage de « La porte du nord » À ma piscine du Excelsior : « On voit plus M. Jasmin, nulle part ! »  Oui, stop et fin car, misère humaine, je devenais de plus en plus sourd ! Désormais, consolation, je pris vite conscience que « vraiment retraité », c’était la belle vie. Bon débarras, régisseurs énervés, minutages serrés et devoir trouver des arguments de polémiste. La sainte paix et regarder pousser les fleurs, mes arbres, observer les oiseaux, les écureuils, mes rats musqués. Amusé, guetter les sorties de ma grasse marmotte !

1987 était loin. Les années 2000 promettaient de nouveaux progrès quand, à New York, ces deux avions dans des tours ! Conduites par des jeunes d’Arabie saoudite, étudiants en Floride, fanatisés par des imams illuminés à Hambourg en Allemagne. 2001, oui, vraie « annus horribile » et qui se continue actuellement en Irak du nord : ces décapitations par des fous d’Allah. On regarde ces affreux, confortablement assis au salon. Notre impuissanc.t Tous ces alliés ne sachant trop au fond où, exactement, bombarder ces planqués, des musulmans veulent-ils se conformer à leur « Jésus » à eux, ce Mahomet farouche guerrier à cheval du saint Coran, armé qui serait monté en paradis à cheval et armé; rien à voir avec notre Mahomet à nous, ce certain Jésus, prophète à pied, prêchant paix et amour en Galilée.

2014, c’est cette nouvelle guerre mondiale. Enfin des musulmans se lèvent condamnant ces coreligionnaires malades mentaux. Il était temps et la sotte Rima Elkouri (La Presse) qui ne saisit pas bien : « Quoi, écrit-elle, nous tous, Araboïdes, on doit dénoncer ? » Oui. Souvenons-nous de cet Allemand qui écrivait : «  Quand on a vu des communistes, on se disait, moi, je suis pas communiste, on bougeait pas, quand on a vu des socialistes, même indifférence et quand les nazis allemands antisémites sont arrivés au pouvoir, il était trop tard pour agir ». « Debout les morts !, criait-on, gamins, debout les prudents muets, ici au Canada, pays maudit par les djiadistes », certains jeunes fous vont rentrer au pays ( d’origine oui d’adoption) revenant —en Syrie surtout— de certains camps idéologiques. Oh, çà pourrait être —métro, gare, place publique— autre annus horribile, l’horreur.

GRAND ALLAH DE MES DEUX FESSES !

Nos chefs politiques sont des peureux politiques, des pleutres dégueulasses, des mauviettes immondes. Ne rien faire face à d’innocents « enfants juifs » victimes des conneries fascistes de groupements Juifs, extrémistes de Jéhovah; dont Sainte Agathe fut infestée. Ces super-hassidims assassins d’âmes d’enfants, leurs leaders juifs, pas moins froussards et lâches, ne condamnent pas non plus ces dérives atroces.
Il en va ainsi des Musulmans. Par une sorte de puante solidarité, c’est aussi le silence face à leurs « fous » d’Allah. On ne les voit pas, on ne les entend pas, se dresser avec bon sens, par santé mentale aussi, pour condamner leurs congénères maniaques et dégénérés. Ces désaxés qui entraînent les jeunes gens —fragiles toujours— dans des actions meurtrières au Moyen-Orient. Quelle horreur pour cette mère de chez nous (La Presse) qui, impuissante, voit son grand gars sombrer dans l’horreur des extrémistes de l’Islam —une religion de paix au départ.
Mon Dieu, mon Dieu, comme je me serais battu furieusement, avec toute la force inimaginable d’un père révulsé, révolté par ces « tabarnacs » de prédicateurs de haine, voyant mon fils —ou un des mes petits-fils— fréquenter (rue Jean-Talon ?) une satanée mosquée extrémiste. Mon garçon , écouter pieusement un ces « kalices » d’immams » fous. Excusez, je sacre quand je suis en colère, hélas ! Je deviendrais fou de douleur, pauvre mère éplorée de La Presse, découvrant mon enfant aux mains de ces maudits religieux radicaux, ces sales « curés d’Allah », déboussolés. Oh mon Dieu, ma totale désolation : voir un des miens vouloir soudain apprendre l’Arabe et pire, le savoir parti pour, par exemple, la Syrie.
Mon fils parti pour tuer au nom de Mahomet, salade d’horreur, pauvres mamans perdues et désolées, ici comme à Berlin ou à Londres, enfant s mal grandis et victimes de ces prédicateurs de haine. Je les maudis tous ! On a eu, jadis, de ces troupes de connards enflammés —la Gilberte Coté- Mercier et ses sbires !—, tous avec drapeau au vent, un saint missel sous l’aisselle. le chapelet vissé aux pinces, portant le béret blanc et cherchant à enrôler d’autres naïfs québécois. Ces bandes disparues, autrement plus zélés que ces Témoins de Jéhovah pacifiques a nos portes le samedi ou dimanche. Tous, alors, nous avons caricaturé, vilipendé et injurié ces affreux zélotes-Bérets-blancs. On a eu ce courage, pas comme les muets et prudents complices « des fous » qui se taisent. Juifs ou musulmans. Triste sordide solidarité. Oui, des pleutres et des lâches. Une religion souvent dé-vie, (hors vie) devient folle. Le christianisme a connu ces horreurs, songeons par exemple au fascisme de l’Inquisition. Aux bûchers assassins partout pour éliminer « les tièdes » ou « les sorcières », une horreur du Vatican d’antan au nom du Dieu catholique.
Agnostique mais croyant, je fuis toute gnose, je me sauve des dogmes. Dogme, cette lie du monde spirituel, ces écrits de qui font du besoin humain de transcendance souvent une ignoble porcherie. Combien de jeunes garçons —les filles sont raisonnables davantage ?— aujourd’hui, au Québec ou aux des États-Unis, en Allemagne ou à Londres (tellement) partent pur le Moyen Orient pour y cueillir un obus, une bombe, une mitraillette. Ici même, à Sainte Adèle, venant d’apprendre l’affreux voyage d’un fils perdu, une mère pleure peut-être…

ÉMIGRER, S’EXPATRIER ?

 

 

Un loustic m’aborde ? « On vous entend pas trop l’ancien grognard ? » On connaît ce : « … devenu vieux, le diable se fait ermite. » J’ai trouvé la paix ici. Comme tout le monde, j’ai gagné de l’âge (ô Lapalice !) en vieillissant. Jeune, on ne prend pas toujours le temps de relativiser. À trente ans, échauffé de peu parfois, je grimpais dans le premier wagon de feu.

Exemple, si je n’avais pas grandi et mûri, je dirais comme Michaud : «  Les émigrants mécontents, retournez-vous en donc d’où vous venez ! » Yves Michaud n’est plus très jeune ? Je sais trop que l’expatriation non volontaire est le pire des sorts. B’en d’accord camarade Dostoïevski. Me voilà encore en désaccord avec Yves Michaud. Ce vieux grincheux resté vert, qui se méfie des « arrangements » à tout crin.

Quoi encore ? « Il faut jeter le Bloc. Adieu au Bloc. Au feu ce Bloc fondé par un Bouchard quittant ce risque (oui) du « beau risque » des Lévesque-Mulroney ! La fédérastie « du NEUF CONTRE UN » corrigée, atténuée par le Bloc nuirait à l’indépendance. Oui. Elle améliorait le régime fédéral ? Vite, dit Michaud, jetons la patente nommé Bloc. Les Communes à Ottawa ( avec Rouges ou Bleus, Harper ou Trudeau) doivent se montrer vrais. Cela sans le Bloc maudit comme pion-surveillant…qui les rend hypocrites, menteurs, au moins prudents. Michaud : «  Le Bloc doit débarrasser la place ! » Et puis les temps changent : désormais sans l’aide des Québécois, une majorité « anglo-anglo » peut se constituer à Ottawa. Plus de rôle pour le Bloc.

Okay, fini d’améliorer la fédérérastie canayenne, machine à nous diluer. Ce 1867 fut un appareil vicieux organisé sans notre franc accord. Une année maudite. Vouloir en célébrer les anniversaires relèveraient du masochisme. Donc, l’indispensable Robin-des-Banques, affirme : faut jeter le Bloc ! Et du même souffle —ce preux chevalier des petits épargnants— recommande (faisant hurler les racistes à la Mordecaï Richler du journal The Gazette) que… nos émigrants « à religions variées », qui refusent de s’intégrer, n’ont qu’à décamper. Rentrer au pays de leurs origines. » Bang !

Propos de bon sens, non ? Qui nous change des « ceuxze » qui coupent des cheveux en quatre. Michaud contre la langue de bois. Tenez, venez à Paris, petit portrait, en mai 1981 et voyez un Michaud brillant de culture-à-citations, un peu cuistre. J’y suis l’invité d’honneur pour « Prix France-Québec » ( La Sablière). Chic appartement du digne et noble Grand Délégué qu’il est. On dirait un ambassadeur. Mon Yves, grand’prêtre des cérémonies, garroche ses assertions. Impertinentes ou non. Un marquis à Versailles ! Avec ma Raymonde, ouvrant grands les yeux, je me sentais loin des ruelles de Villeray.

Ce patriote émérite, rencontre plus tard un gouffre écoeurant. Une infamie grossière, cogitée par Lulu-la-Canne, va le cogner, l’insulter. Lucien Bouchard —quoi le piquait, quel rancoeur sombre et secrète ?— va dénigrer en chambre un Michaud « antisémite » ! Pour d’ironiques vagues facéties sur « sa chaise de barbier », le vote est pris et l’homme est déchu ! Malgré —plus tard— les excuses des députés bornés, Michaud ne s’en remettra pas. Avec raison. Ces moutons de Panurge m’avaient dégoûtés.

Je voulais, ici, pour l’édification des Laurentidiens, saluer un esprit libre. Hélas, son courage n’est pas d’un diplomate. « Adieu le Bloc » et « expatrions nos nouveaux-venus » si la « Chartre-Drainville » les rebute…Aïe, cher Yves, à quel âge vieillirez-vous ?

 

JANETTE BERTRAND EN DÉRAPAGE !

Sommes-nous nombreux à avoir été choqué comme je le fus face aux attaques virulentes, de Janette Bertrand à l’émission de Guy-A. Lepage ? La « vieille dame indigne » s’emporte : « toutes les religions sont des machines à dénigrer la femme » ! Quelle inculture sur le plan historique. Jadis, avant les religions, la chrétienne en particulier, le sort des femmes était autrement dégradé. Certes, des chefs religieux ont commis de graves erreurs dont les horribles feux de L’inquisition. Il n’en reste pas moins que « la » religion —quel qu’elle soit— fut d’abord et avant tout un progrès. Une sortie des barbaries. Pour les hommes et pour les femmes.

Crier devant caméras et micros, comme Janette, que tous les prêtres méprisent les femmes est une triste niaiserie, pauvre et ignare Janette. Un mensonge grossier. La laïcité sans fanatisme respecte les religions. Surtout la chrétienne qui a été tout au long de l’Histoire salutaires aux femmes et même occasion fréquente de progrès. Un féminisme débridé n’a rien à gagner en crachant sur les religions. À « Tout le monde en parle », Janette —qui dit craindre l’infirmière voilée lui raccourcissant (!) sa fin de vie, déconnait gravement.

Mais non, consolations indispensable, la religion restera indispensable à bien du monde, respectons cela. Parler de  « poison mortel pour la femme » relève d’un militantisme athée très dépassé en 2013, d’un athéisme infantile. Moi, l’écrivain agnostique —croyant sans adhérer à aucun dogme religieux— j’affirme : ma « bonne vieille religion catholique » défendait et valorisait la femme, la protégeait aussi. Chère Janette, profiter du « débat sur la laïcité » pour proférer à la radio et à la télé —agressivement— une telle sottise est d’un anticléricalisme puéril totalement écoeurant. Plus grave, c’est une injustice.

C’est sans doute le bon moment ici, de dénoncer tant de « grandes gueules » —chroniqueurs variés— qui sont mal équipés intellectuellement. C’est encombrant, aux tribunes d’opinions et l’espace public résonne de mille inepties. Ces incultes —et voyez tant de ces columnists improvisés sur les réseaux de l’Internet— comme madame Bertrand, répandent des fadaises et des foutaises insupportables. Les religions, la bonne vieille romaine catholique en particulier, a collaboré (à travers ses erreurs) au respect des femmes et à ses droits aussi. Alors, combien avons-nous été, comme moi, gênés d’entendre « la Janette nationale » diffamer et si brutalement la religion de notre jeunesse ? Ce dimanche soir là, c’était embarrassant pour qui connaît l’histoire le moindrement, cela que l’on soit devenu incroyant ou que l’on soit resté croyant. Janette, dans un hôpital, une musulmane —une femme voilée— respecte comme tout être humain, « la fin de vie » parvenue au bout d’une existence. Craindre le contraire, ma pauvre Janette, relève d’un racisme niais.

Et puis cracher et baver sur ses anciennes croyances, même si c’était souvent « religiosité candide », fait voir au fond, une sorte d’auto-mépris déplorable. Cela m’a gêné vraiment à « Tout le monde en parle » et cela m’a navré venant d’une femme courageuse sur tant d’autres plans.

 

 

MASSAGE AU SIROP D’ÉRABLE !

Mon fidèle lectorat sait où me trouver (entre 5 et 6) en cas d’audiences publiques, jouant « le sage à la barbe blanche aux longs poils frisants » ( chanson de Trenet), ici, tout le bureau d’accueil de l’hôtel Excelsior est de belle et bonne chaleur; saluts à Joan, Anne-Michelle et Maria, accortes dames aux sourires réceptionnistes de chaude cordialité. À demi-nu, m’y sentir —comme dans le génial film du génial Fellini— l’acteur Marcello Mastroïani en un harem, sultan choyé aux bains à vapeurs !

Exorcisant (sic) ma hanche opérée, plongé en chaud tourbillonnant jacuzzi, je lis sur un lutrin : « Massage au sirop d’érable ». Eh b’en ! J’ignore tout au domaine des « jeux de mains, jeux de vilain ». Une des souriantes buralistes me déniaise : il y a au menu de l’Excelsior : des « enveloppements » à l’argile verte, ou au thé vert et, oui, au chocolat ! Elle me vante : « sablage » aux sédiments marins ou bien « gommage » au raisin, à la vanille ou aux cristaux de sel. Un monde et me sentir un vieux dinosaure.

À cet hôtel et, sans doute, comme ailleurs (Mont Gabriel ou autres « Polar Bear-Ours Polaire ») je devine offres de : mécanothérapie (?), de balnéothérapie (?). De «  Vaporium » ? Dans les caves aux torchères, je lis : algologie (?), accumassage local (?), sauna finlandais(?) bain flottant hypersalin (?) Une voix me dira : « Vieil écrivain, massage facial ou bien « substituer F et G par pressothérapie » ? J’en reste baba car je viens d’un temps bien maigre sur le sujet et ma vieille religion fut peu ouverte sur ces… plaisirs du corps. Ma maman —ses 21 repas par jour à servir, nous étions neuf à table— ignorait ces soins.

Je suis d’un autre temps. Ça me gênerait, ces habiles mains me tripotant les chairs. Une pudeur ? Scrupuleux ? Je regarde circuler silhouettes en sarraus blanc et je résiste. J’y vois comme une sorte de « péché », on nous a tant enseigné « le mépris du corps », ce vil objet de péché. Cajolerie physique conduisait « drette » en enfer. Nos curés anciens verraient ces soignantes aux mains savantes comme instruments de Belzébuth-Satan.

Manicures oui, pédicures parfois, furent tolérés tard et mes cinq sœurs s’y adonnèrent…mais tard. J’en ris aujourd’hui et vive la « paraffine », le « vernis français », le « facial aux pierres chaudes », les soins « tenseurs bio-restructurants ».

Prévision : verrais-je un jour : « Tatouages remis à neuf. » Suis si étonné de voir autour de mes baignoires de ces beaux gaillards musclés, parfois, pères de famille (!), aux peaux décorées de jolies fioritures végétales, de figurines mythiques. Jadis, des signaux mâles pour sombres motards. Mon voisin de Saint-Adolphe-en-arrière, Claude Dubois chantait : « Les temps ont changé tit-Loup, les temps ont changé ! » Ces caresses sophistiquées et « la chair est si faible ». Okay, « les temps ont changé », un de ces après-midis, je sortirai de ma piscine et, porte-monnaie à la main, je quémanderai… un massage au sirop d’érable !

 

NOS « TROUBLES » ?

Je guette le vrai printemps. Il tarde. Trop de neige sur la terre, non ? Ai-je « un trouble » avec le climat ? Combien sommes-nous à nous impatienter d’un printemps retardataire ? Paraît que l’on nomme « toc » une manie. On disait, jeune, « un toqué » pour parler d’un doux maniaque. On le dit de celui « affublé d’un TOC, souffrant d’un « trouble obsessif compulsif ». Suis-je « toqué » à tant soupirer après le printemps. Je l’avoue, je n’en peux plus tant j’ai hâte d’aller errer, fouiner, vaquer « à ci et à ça », vagabonder quoi, oui, me promener tout bonnement dans mes alentours et en souliers !

En attendant un air plus chaud, de voir disparaître (enfin) tous ces restes de neige, j’en viens à songer « troubles ». Notre bonne vieille peur de l’anormalité. Je raconte dans le premier chapitre de mon « Anita… » (merci lecteurs d’en faire un best-seller) ma peur de la folie. Comme nous avions tous, jadis, une soutane (prêtre, religieux, nonne) dans chaque famille, nous avions souvent « un fou » à St-Jean de Dieu. On en avait… trois !

Désormais, médecine moderne aidant, nos fous ne vivent plus dans des asiles. Merci progrès. Ainsi, il nous arrive désormais, n’est-ce pas ?, de croiser sur notre chemin d’étranges personnes. Ça m’arrive par ici. Parfois les mêmes silhouettes aux mêmes jours, aux mêmes heures, avec un comportement plus ou moins quelque peu erratique. Enfant, dans nos rues de Villeray, dans les années 1930, nous avions une faune bigarrée : un trembleur convulsif, un qui parlait à voix haute et gesticulait, s’engueulant parfois avec des invisibles, un qui, courbé, barbu, trembleur et baveur, tournait la manivelle d’un vieil orgue dit de barbarie au marché Jean-Talon, une romanichel à voile, nez crochu, nous tirait « la bonne aventure » avec un perroquet trieur de cartes. Ou encore un « sans jambes aucune », torse à deux mains dans sa voiture qui se se mouvait à l’aide de deux gros fers à repasser antiques ! Un travesti exhibitionniste tournoyait autour du cinéma du coin. In « ti-coune », drogué montrait un rat vivant, un vétéran, un gazé de 1914, ses images « polissonnes». Aux quatre coins de Jean-Talon. s‘époumonaient en harangues névrotiques « des dérangés », fous de politique fasciste ou de religion ! Eh bien, nos paysages d’enfant en étaient comme… oui, égayés ! Car « le dimanche les enfants s’ennuient » cher Trenet. Mais parfois nous filions sous les jupes de nos mères !

Stop ! Avril 2013. À Ste Adèle et je lis pour voir plus clair. Je me documente. Qui suis-je, qui êtes-vous ? Du genre parano ? Qui se méfient sans cesse ? Peur d’être jugé. Du genre schizoïde ? Détaché de toutes relations sociales, apathique. Du genre narcissique ? Qui se surestime, se voit supérieur. Obsessionnel compulsif ? Voit à l’ordre, le rangement, le contrôle. Personnalité histrionne ? Émotions excessives, quête d’attention et des jugements des autres.

Suffit ! « Toc » pas « toc », devoir vivre avec soi et s’endurer. Se montrer endurable aussi. Sans le déni total, admettre son « récit de vie » :1) le bagage involontaire, l’inné. Et ( 2) l’élevage, l’acquis, l’appris. Et toi, printemps, arrive. Vite !

 

Petite histoire derrière « Anita, une fille numérotée »

Une jolie jeune fille (Sarah), vive, piquante, intelligente, une bonne amie de mon petit-fils Gabriel, se trouve à une fête au beau jardin d’Éliane, ma fille, un dimanche à Ahuntsic. Ce fut un choc !, et la voyant s’animer, observant chez elle tant de grâce et de bagout…je me suis souvenu d’il y a plusieurs décennies, d’une autre jolie jeune Juive, Anita fille numerotee_C1Anita. Ma « première blonde », une camarade de cours en céramique.
J’y pense comme ça parfois, car j’éprouve des remords de l’avoir rejetée.
Elle état juive elle aussi, et, bien plus grave, réchappée du premier et du plus grand camp nazi polonais, Auschwitz
Je l’aimais très fort et elle aussi m’aimait, cela dura une dizaine de mois —j’étais interdit d’entrer chez elle, rue Clark et St-Viateur, mystère.
D’autre part tout mon entourage (parents, voisins, amis) me déconseillait de la fréquenter. Race, religion.
À cette époque (1948) un antisémitisme « soft » régnait au Québec comme ailleurs.
J’ai coupé avec elle. Bêtement.
Lâchement même.
Mon livre, « Anita, une fille numérotée » me sert de honte avouée, de défouloir, de regrets. De confession aussi sur ce temps maudit.
J’en ai profité pour narrer « la bohème » de ces années d’avant la Révo Tranquille.
Aussi pour faire connaître cet art méconnu, la céramique. Pourtant métier vieux comme le monde.

 


365 BEAUX JOURS ?

 

Tous beaux ? Je nous le souhaite; relativement, c’est faisable par ici où i n’y a pas de guerres. Ô Damas, martyre sous les tirs croisés ! Nous vivons en paix, loin des Syrie. On n’a qu’à lire nos chères gazettes, écouter la radio ou regarder les actualités télévisées, tel le viol, une banalité en Inde ! Tel emprise religieuse en Tunisie ou en Libye. Régions pourtant fraîchement débarrassés des dictateurs. Pays où— ô la politique des Frères musulmans !— l’on milite pour la religion liberticide (anti-féministe, anti-avortements libres, anti-homosexuels, anti-libre-pensée). Monde à Ayatollahs scrupuleux, Iran bafoué, monde à stupides charias !

Alors, facile à prévoir : dans nos régions, ce sera une belle et bonne année, tous mes bons vœux mes très chers lecteurs. Certes il y aura des morts. Il y aura des maladies, des bénignes et des ravageuses hélas. Mais il y aura aussi de grands bons moments avec des succès espérés, des victoires. Des grandes. Aussi des toutes petites : ne plus fumer. Pas si petite chose que d’arriver à nous séparer de cette manie, chez moi, nous ne le savons que trop. Des espérances enfin livrées ? Ce diplôme tant souhaité, cette promotion méritée, ce juste profit chez tant de développeurs, commerçants, industriels honnêtes, droits, travailleurs, oui, oui il y en a.

Dangereux, malgré enquêtes révélatrices indispensables, de ne voir que le monde en noir, nocif, malsain, carrément morbide de s’y couler, de ne voir que les travers des gens, les lascars, filous, malandrins, voleurs, corrupteurs et corrompus. Ne mangez pas de ce pain de désespoir. Fuyez les vision des tordus pour qui le monde n’est que monstres, abuseurs. Le monde est bon, criait un joli chanson de Stéphane Venne. Mais oui, le monde est beau et souvent, chaque jour nous fait voir ce bel aspect de l’humanité modeste, des moments d’humanité ordinaire, ici même, dans nos alentours; voyez celle-ci ou celui-ci, agent précieux et bénévole indispensable, tous ces soignants à cet hôpital laurentidien, à cette clinique débordée, dans ce refuge paisible, à cette institution pour grands aînés. Mille et mille gestes seront posés à chaque jour de cette année nouvelle.

Voici donc venir, lectorat aimé, une joyeuse belle grappe de 365 jours. 52 semaines, 12 mois offerts à nos bons soins envers notre prochain. Offerts à nos générosités en toutes dimensions, à défendre valeurs familières. Nouvel an bienvenu que ce naissant 2013 avec les bouquets bienfaisants de mille et mille attentions, pour parents, amis, voisins.

Oui, le monde est bon, jeunes gens, fuyez ces chevaliers-aux-tristes-figures (salut Cervantes !) , ceux qui pissent sans cesse de sombres jets misérabilistes sans cesse appréhendés, on dirait souhaités. Rassemblons-nous, humains de bonne confiance, de bonne volonté, capables d’optimisme. Cette sordide habitude du « monde au noir » ( salut Yourcenar !), maladivement adoptée ici et là, est un poison utile aux médias affamés (jamais de bonnes nouvelles de ce côté !). Le noir est complaisamment adopté pour ces gros « yeux de vitre » sado-macho des cameramen postés à tous les carrefours-de-la-malchance. Résistants à cette complaisance infectieuse, souhaitons-nous, sereins et confiants, une sacrée bonne année !

CHRONIQUEUR DE QUOI ?

Les sujets de discussion sont nombreux. Quoi vous dire cette semaine ? Jadis, dans nos tavernes, les hommes discutaillaient sur le sort du monde ou bien… de Maurice Richard. Désormais. Ii y a les cafés, les bars, les terrasses en belle saison. Un chroniqueur n’a qu’à ouvrir la radio, sa télé, RDI et le RDI du canal 10, ou bien un journal, un magazine. L’éventail s’étale. Ô « Actualités » d’ici ou de Paris. Ou de New York. Il y a, sans cesse, foule de thèmes. Quoi dire ? De quoi parler ?

J’ai du plaisir, on le sait, à rédiger souvent sur nos éphémérides locaux. J’y vois un besoin de fuir la commode distance, cette manie d’écornifler partout sur le globe et de mépriser sa propre vie, son existence quotidienne. Besoin de savoir intégrer notre entourage immédiat, notre monde familier, si facile de vouloir régler « le sort du monde » comme on le faisait à quinze ans dans les couloirs du collège aux heures de récréation. Nous rêvions. Comme ceux des manifs. C’est correct. Si on ne rêve pas à cet âge…

Il reste, chaque fin de jour, des tas de propos à ranger, à corder, à mettre en bon rang. Je suis entouré de petits papiers, de monceaux de coupures de journaux que me regroupe dans le Nouveau-Rosemont, rue Ephem-Longpré, Marielle, ma petite soeur-secrétaire. Ça peut attendre longtemps, parfois. Il y a ce petit chat noir écrasé dans ma rue… Ou l’interminable crise étudiante, la Grèce en banqueroute, ou Madame l’Inspecteure Charbonneau à son neuf maillet, ou encore l’Afrique en malheurs divers, la Chine « capitaliste » qui grimpe, les valeurs d’antan qui s’estompent : « la vie bonne » qui est quoi donc maintenant philosophe Nietzsche ? Calmons-nous. Tout change. Mais oui, vieillards mélancoliques (pas moi, Dieu m’en garde!), nerveux « vieillards » : les Facal, Pratte, Duhaime, Dubuc ou Martineau (oui, déjà !), camarades scribes scandalisés qui arrosent d’huile bouillante les feux-de-la-peur populiste. Ô ces sauveteurs auto-proclamés accrochés aux épaules du populo.

Tout évolue. En mal. Et parfois en bien. En mieux. Point de cette nostalgie facile chez moi. Oui, il y avait du bon mais aussi de l’épouvantable dans nos existences de jadis. Tant d’hypocrisie, de mensonges, mille et mille « Tartuffe » régnaient vêtus de robes de femme, rouges ou noires. Ce clergé dominateur et maquillé ! Tant de religiosité avec tant de dévotionnettes connes, avec une religion sotte, tellement idiote. Envie de se tourner alors vers le Bouddha. Lui aussi n’écrivait pas, comme Jésus, il ne dictait pas non plus comme ce « guerrier » fougueux et polygame, Mahomet, l’illettré qui répétait à ses scribes les paroles de l’Ange Gabriel. Bouddha ? Non merci ! C’est 155 « tablettes » ! Oui, 159, exactement ! Voilà le malheur : il y a les évangiles mais tant de propos par « les Pères de l’église » et autres ratiocineuses mémères ! Comme il y a les commentaires bien bavards du Talmud sur la Thora. Cette manie de faire échos sur échos avec les notions des grands sages.

Bon, suffit, je plonge. Parlons d’un chercheur québécois étonnant. Mario Beauregard, son nom. Il bûche sur une hypothèse audacieuse dans son cagibi avenue Vincent-D’Indy. . L’esprit (la conscience) existerait en dehors du corps physique, indépendant dans ses émotions. Aïe, terrain miné ! Ce prof de neuro-psychologie (à l’U de M), examine les gènes. Il veut savoir si le cerveau —mi-biologique, mi-psychanalytique— n’impose pas l’idée suivante : « la conscience serait, mais oui, indépendante, totalement, du corps ? » Ah que j’aime la folie des chercheurs, moi ! Ce chercheur : « De plus en plus de « morts cliniques » racontent la sortie du corps. » Il vient de publier (en lingua franca) « The brain wars ». Il a vécu comme malgré lui des expériences d’ordre spirituel). Il a examiné par exemple, les cerveaux des religieuses carmélites en prières ou méditantes. Un monde hein mon sujet cette semaine !

p.s. : erreur : c’était « Federico » Fellini.