Le lundi 23 septembre 2002

1-
Comme hier, un bien matin de beau ciel bleu avec « charroyage » de nuages bien gras. Mais, ce matin, un froid automnal revenu. Pluies et vents forts cette nuit ? Aile, toujours moins enfoncée —sort inné de toutes les femmes ? Par nécessité de « veilleuse », de gardiennes de la vie ?— dans son sommeil que moi, m’a dit s’être levée en pleine nuit pour refermer le deux grandes fenêtres de la chambre. Honte alors du mâle protecteur si absent Quand je dors…je dors ! Pas à l’abri des voleurs, le bonhomme !
Je me fais réveiller soudain : bruits suspects. Par ma fenêtre ouverte (Aile devait fermer tout !), je vois et entend des ouvriers. Ils lunchent en rigolant. Qui sont-ils donc ? J’enfile une robe de chambre et je vais voir. On a jeté à terre les clôtures de bois de deux parterres (mystère, ça fait longtemps que c’est fait pourtant et que j’ai planté des haies ). Je marche, j’examine ce chantier étrange. À l’envers mes trottoirs de planches, le parking, tranchée boueuse, est tout « démanché », en l’air aussi, un quai de bois, pourri lui aussi, tout démantibulé! Tout semble pourri, à jeter au feu ! Je crains les dépenses de ces travaux bizarres. Qui a ordonné ces réparations? Ma compagne ? Elle déteste tant mes installations d’amateur-menuisier. Puis, rentré, plein de monde au chalet ! Petite foule. Les camarades d’Aile à la SRC. Remuement total dans la place. On prépare une excursion au mont Loup-Garou ! Rires et potins divers. Ça fume (on a promis de stopper la cigarette hier soir Aile et moi !). Ensuite, découverte d’une haute palissade toute neuve chez le voisin ! Une patinoire pour l’hiver qui vient ? Les bandes de bois brillent comme vernissées. Je vois Maurice L. et je le questionne. C’est l’ouvrage des Jodoin, plus loin. Il n’y est pour rien ! Maurice est installé avec son fils dans mon cabanon — lui ai emprunté dimanche de outils pour déterrer des érables jeunes. Il fait du feu dans ma vieille « truie » ! Comme s’ils étaient chez eux. Intrigué par cette patinoire imposante —Je me suis promis de m’acheter des patins pour cet hiver, hier— la foule sort de notre chalet et va au rivage. Rires fous. Enthousiasme. Je reste coi ! Il y a partout sur notre terrain des détritus, roches, tas de feuilles mortes (Aile et moi avons fouillé le terrain hier pour retrouver mon oreillette de demi-sourd), des gravats divers —je viens de lire sur le 11 septembre, aussi sur un drame de Toulouse (21 sept. 2001) dans le Paris-Match. Tous enjambent ces cochonneries sans s’en inquiéter. La bonne humeur sotte ! Je deviens très nerveux.
Réveil ! Encore un rêve curieux !
2-
Oui, dimanche, je perds une prothèse auditive. C’est cher ces machins. Aile m’aide à le retrouver. Impossible. On a fouillé partout. Heureusement pour le studio de « Tous les matins », demain, j’en avais une autre, plus ancienne, moins sophistiquée. Ouf ! J’avais fourré l’oreillette dans ma poche de maillot, aussi un couteau pour couper de la haie autour des érables à déterrer. J’enrage.
J’ai quitté vite un livre bien con. « Je vous donne signe de vie » écrit (mal) par une M. Caron. De l’auto-édition. J’avais cru (à la biblio Claude-Henri Grignon) à un bouquin mystérieux. Le dos de couverture parlait « médium », « voyante ». C’est d’une platitude intense ! Déçu de mon sort (longue histoire) au d.but de années 1970, j’avais fait une plongée dans les lectures d’affaires paranormales, Mathieu Mannig, écriture et dessins (de Picasso !) automatiques, les OVNIs, Bertrand Russell intercepté … et Cie. Cela a duré six ou sept ans. La curiosité. J’ai vite vu que l’on répétait toujours les mêmes bizarreries de livre en livre. J’ai décroché de la parapsychologie et n’y suis plus revenu. La mince plaquette vide de M. Caron est une gnochonnerie sans aucun intérêt.
3-
J’ai terminé « Une lueur d’espoir » de Nabe. Je pense bien que ce Nabe parisien est l’hurlurberlu qui fit son show chez un « Campus » de Dutrand, en septembre 2001. Il tenait un caméscope et s’énervait au bord de l’épilepsie : « L’Europe, de la merde; la France ? Même chose. Il n’y avait de salutaire que les USA ! Il allait s’exiler. Etc. Or, virage total, ce « Une lueur.. » maudit les USA. Maudit tout le monde. Mais…cette lueur… cet espoir, c’est les kamikazes du 11 septembre ! C’est leur foi. C’est un retour du religieux. Admettre cependant que ce Nabe a du style. Un don solide pour les mots connectés de manière étonnante. Le reste, sa pensée profonde —les suicidaires islamistes vont nous réveiller tous du « cauchemar climatisé » capitaliste, vont nous monter le vrai nouveau « chemin de la vie » honorable — c’est du domaine des contes de fée, de la fiction la plus ébouriffante ! Il est fou, il est talentueux. Il écrit avec fougue. C’est beaucoup. Mon cher Céline (« Voyage au bout de la nuit » ) avec du « jus » et puis il sombra dans le nazisme le pus désolant !
4-
Lunch et je lis B.H. Lévy dans « Le Point ». Il a organisé un journal « français » à Kaboul. Pour rivalisr avec le « Kaboul weekly », bien colonisé avec son titre USA. « Les nouvelles de Kaboul », ça pue le paternalisme et le colonialisme. Le truc truc « dominateur soft », la vieille recette « diplomatik », tic-tac, de Paris. « Union française » partout. Façade de cul-culturel et puisant arrière à commerces intéressés. Comme depuis si longtemps. Les USA font pire : façade security-CIA, industriels vénaux pour le fond bien entendu ! Paris-malin lui : « On va vous envoyer de l’art pestigieux, La Jocode tiens, et puis achetez nos avions Dassault, et nos vins et toutes nos belles bébelles MADE IN France. Tous font ça bien entendu chez les Blancs riches. J’y reviendrai. Lévy là-bas, tout dévoué aux Afghanistans (en 4 tribus rivales !) ça sent « l’envoyé » de Chirac et Jospin, du Quai-aux-complots (Conti) quoi ! Ambassade aux allures de pureté. Ce Lévy en fieffé valet des intérêts de la capitale-sur- 5-
J’admire tant mon Aile. Pascal Bruckner (en visite pour son dernier bouquin MADE IN PARIS, promotion !) ce matin dans Le Dev avec Robitaille : « Votre Chrétien, et rares autres, sont bien cons de relier pauvreté et terrorisme. Les Africains bien plus pauvres que les Arabes — eux, dit le Bruckner, petits-bourgeois, avec ordis portables, cellulaires, instruction à Hambourg ou à Londres, cours de pilotage, non, ils ne font pas de ce terrorisme ces « très » misérables d’Afrique. ».
Ah oui ?
Aile : « Allons, ils peuvent pas, voudraient, mais n’ont pas les moyens tout simplement, alors, ils s’entretueront (par dépit), voir le Rwanda ». Bravo chère Aile ! Allons petit Pascal moderne : la pauvreté est reliée avec le terrorisme et Chrétien parle vrai (pour une fois) : il faut, et vite, mieux partager avec les Suds !
Lévy disait dans ce « Point » : « Saddam Hussein, un fou, dangereux terroriste ! » Quoi ? Pro-W.Bush le Lévy ? Non mais…Coups de pied au cul qui se perdent chez cet « envoyé culturel » de Chirac !
6-
Je note pour le journal dans un vieil agenda (aux pages vierges souvent, toujours ma « récupération » en papier) de 2000, propriété d’Aile. Je lis : « 25 février 2000 : rencontre avec Lomer Gouin (!) et aussi Jacques Fauteux. Je la questionne, jaloux. « Ah oui, je préparais le « Gala des réalisateurs » à la Cinémathèque ».
Nat Pétro ce matin regrette le contenu « canadien » du temps de « Bobino » Foutaise. Là-aussi c’était beaucoup du stock USA, du dumping en tous genres. Les enfants devaient s’enrager des niais propos entre deux cartoons ¿textes de Michel Cailllou plutôt gnangnan, sauce « Tante Lucile »— de Guy Sanche (Bobino) et de Paule Bayard (Bobinette). Ils guettaient les dessins animés. La vérité fait mal ? Et Pétrovsky est bien naïve !
Dimanche soir, hier, Michel Douglas chez le père Lipton (le meilleur des trois séries du genre, avouons-le). G. (Gérald, Gérard ?) Tod dira : un autre con fini, un vendu, un prostitué d’Hollywood ! Ce fut encore une fois très captivant. À 25 ans, il se fait (sous l’égide de papa) le producteur du « Vol au dessus d’un nid de coucou ». Il se bat 7 ans durant. Un triomphe mérité. Il a « un nom » désormais. Ensuite, le fils de Dirk a participé à toute une série de films fameux. Parents divorcés encore ? Lipton : « cela a perturbé gravement beaucoup de mes invités célèbres. Vous ? » ». M. Douglas dira : « Oui mais ce fut un divorce à l’amiable, les miens, avec bon sens, une séparation sans déflagration pour nous, leurs enfants ». Il a donné de précieux conseils aux jeunes aspirants de l’ « Actors studio ». Brillant acteur. Hélas, avec ce « parler nasal » si fréquent aux USA !
7-
Ouow Douglas ! Ça sonne ! André Dubois à l’appareil : « Non, la mer, j’ai pas pu trouver, pas le temps. Trop pris. Regrette ». « producteur actif » quoi. Je ne lui dis pas que maintenant je suis pris moi aussi. Toutes ces rencontres (télé, Tva, expo, Mardi-Fugère, Salon de Rimouski) pour octobre ! Adieu la mer ?
Aux actualité, Arafat piégé. Aile : « A-t-il l’eau chaude ? Le bain ? Une douche » ? Je pouffe de rire. Aile insultée : « C’est important non ? » Oh, Clémence, la feumme !
Douglas junior à une étudiante actrice , j’oubliais : « Non, n’allez pas vous exiler à L.A. non. Il n’y a pas de centre, pas de cœur. Restez à New-York où il y a un cœur. Des événements culturels sans cesse, enrichissants. ». Pas la première fois que j’entends cela. À l’Ouest : rien ! Que des bretelles d’autoroutes pour une ville pleine de quartiers mal reliés.
8-
Vu hier, un docu sur Stephen King à ARTV. Un laideron à barnicles (en cul de bouteille) mal aimé. Père disparu. Mère malade de sur-médicamentation. Élève moqué. D’où son premier « hit », « Carrie ». Rédigé dans une roulotte déglingué avec femme (ouaitresse dans un snack) et un premier enfant. Triomphe à Hollywood. Il ramasse 40 millions de $Us, par année, ces années-là. Puis ce sera «Shinnig », autre hénaurme succès, puis le captivant « Misery », il en est devenu plus que millionnaire. Deux livres par année désormais. Un million de lecteurs aux UA et dans le monde. Une industrie. Boudé par les intellos évidemment. Devient alors un drogué, puis un alcoo total, vicieux (buvant même son « parfum après barbe » !). Il se corrigera. Avec « Dolorès Clairborne » (lu), qui raconte un un alcco batteur de femme :c’est la fin de son vice. Il reste fidèle au Maine natal (Durham puis Bangor). Il dira : « Dans une vie, on n’a pas deux endroits que l’on connaît bien, vraiment ». Vrai ! Après le mille pages —obligation de le lire pour « Première » à TQS— de « Ça », j’avais cessé, et Aile aussi, de le lire. Il y avait redite, recette, redondance évidente.
Zapping sans cesse hier à la télé : « Jeanne d’Arc » de Besson…ouais. Le Guy Fournier en « mémo » de télé :ouais !
9-
Vu le portrait (SRC) de l’actrice Paule Baillargeon sur son voisin déchu du Carré Saint-Louis, le cinéaste Claude Jutra. Insatisfaisant mais avec des éclairs brillants ici et là. Souvenir : ce quartier, 8 ans, dès 1978, au 551 rue Cherrier. Proprios étonnants, deux jeunes homos débrouillards, capables, rénovateurs habiles de vieilles maisons. Notre logis formidable. Briques et vieux bois, un jardinet, un solarium…Du bon temps et autour de nous: Langevin, Germain, Miron, Bourgault, Gauvreau, etc. Notre faune ! Pas moyen de stationner. On déménagera en 1986, rue Querbes. Autre village au fond et faune semblable.
Oh ! Louise Cousineau ayant vu notre bref sketch folichon (à Paul Houde et moi) écrit samedi matin : « J’ai hurlé de rire. Une pièce d’anthologie de télévision qu’il faudra nous remontrer ! » Eh bin ! Hâte de revoir l’équipe de « Tous les matins », demain.
On descend en ville donc. Trop de courses urgentes. Adieu beaux nuages partout. On ferme !

Le lundi 22 juillet 2002

1-
Bel après-midi. Prélassement total, chaises longues matelassées, baignades, lecture du « Nouvel Obs » —sur la vérité et les mensonges dans la Bible—, Aile lit « L’Express », je repars nager vers le radeau et, coucou, passage du rat musqué familier, au large un canard, solitaire !, visions de poissons rouges énormes (venus de bocal renversé?), carpes capables de s’adapter au lac d’ici donc ? Mon ignorance. Soudain : adieu soleil, adieu chaleur, le ciel virant au gris sombre, vent plus violent, on monte vitement vers la maison. Le temps d’aller au journal est venu.
Tout un week-end passé avec une terrible pie bavarde dans mon genre, la comédienne émérite Monique (Miller). Elle et son fils Patrice (Gascon) sont repartis ce midi. Taquinage dès samedi midi (à son arrivée) avec cette « nouvel officier de l’Ordre du Canada ». Elle ira bientôt chercher sa médaille, logée, nourrie, à Vancouver, billets d’avions payés ! On a rigolé. Je lui ai répété qu’elle devait dire : « J’accepte cet honneur d’un pays étranger mais néanmoins ami ». « Laisse-moi tranquille, on a pas le droit de parler. Okay ? » Comment ça se fait ça qu’ à moi, Ottawa ne m‘offre jamais rien, ni médaille, ni ruban? Monique : « Pis j’suis p’us séparatist’ Jasmin ! Depuis tu sais quand ».
J’ai lu le prof, auteur-éditeur Brochu ce matin dans la « une » du Devoir. Il narre avec cruauté l’état piteux de l’idée nationaliste de nos jours. Oh la la ! L’académicien y va d’une lucidité remarquable mais atroce. Le lot des déçus, des découragés grossit vite ma foi du diable ! Moi ? Je serais le dernier, le seul, à lutter pour notre indépendance, je continuerais à la proclamer. Toujours. Jusqu’à ma mort. Nos compatriotes (quatre sur dix !), pour des raisons connues, craignent le changement. Ce fait têtu ne change pas une conviction, il me semble. Je reste optimiste.
Dimanche, visite avec nos deux invités à Val David pour les « 1,001 pots » (de céramique). La qualité baisse. Vaste fourre-d’argiles diverses tout bien démocratique mais… Déception légère de tous. À l’aller, vision sur la 117 de troupes assemblées. Police, ralentissement. Val Morin reçoit pour un cérémonial de type indou mais on ne sait trop de quoi il retourne. Ce matin, nous apprenons qu’il s’agissait d’un vaste pow-wow religieux, Tamoul. Ça ne devait pas trop causer en français !
Un bonhomme (reportage de ce matin) installé longtemps aux USA revient tout heureux à Montréal. Il vante la place. Ça fait chaud au cœur de lire son grand plaisir. Dira-t-il qu’il veut s’intégrer à nous, qu’il avait besoin de nous ? Non. Pas du tout. Il ne vante que l’aspect cosmopolite de Montréal. Pour lui, c’est le suc de l’existence. Le 84 % des nôtres le laisse de glace. Il dit qu’à Montréal, il ne perçoit pas l’homogénéité raciale qu’il devait endurer à Atlanta !Ils sont nombreux ces zigues (dont certains des nôtres). Le Québec ils s’en crissent ! Notre culture, nos us et coutumes, notre histoire, notre avenir incertain, nos combats de résistance ( 2% au milieu de la vastitude anglo-saxonne) c’est de la schnoutte ! Ils n’aiment que la mosaïque de ghettos du centre-ville. Une sorte de racisme. C’est bien clair.
Tout autour de ce centre-ville à ethnies « variables » (tant s’exilent vers Toronto tôt ou tard), vivent les nôtres, à Longueuil comme à Laval, à Saint-Hubert, à Saint-Jean comme à Sainte-Thérèse et à Saint-Eustache… des millions des nôtres, rien à faire. Toutes ces foules ne comptent pas, non, ce qu’il estiment c’est le carnaval des ethnies. Un racisme, oui.
2-
Le tonnerre gronde maintenant, on passe de la grisaille à l’ardoise dehors. Le vent a viré de l’ouest vers un nordet énervant. Ça sent l’eau qui va tomber en trombes…On verra. Monique nous a beaucoup parlé de sa tournée en Europe avec « Je suis une Mouette… », le captivant spectacle monté par Denoncourt. Un franc succès de Marseille à Berlin, à Munich, etc. Cette fille possède une énergie renversante. Je ne me voyais pas trop, (on a à eu près le même âge) dans mes valises, changeant d’avion, de train, de ville… Mais non, Monique, elle, raconte ses périples avec joie, fait voir tout cela comme une expédition agréable. Facile, ce lot de représentations à l’étranger ? C’est qu’elle adore son métier, je suppose.
Aile, Monique sur la route, semble toute essoufflée…d’avoir vu encore cet engin inouï, Monique, qui cause, qui brille, qui se souvient de tout, de tous, qui est une mémoire absolument prodigieuse. Tant que je lui dis : « Tu veux pas que je te rédige un bouquin, tout ce que tu sais, pourrait se perdre, non ? » Elle rit. Me fait comprendre sans doute qu’elle se sent encore trop jeune pour se mettre au livre de ses souvenirs. Hélas ?
Rêve de vendredi. Un cauchemar. Des enfants sadiques, avec des poignard, qui cherchent dans nos rues des victimes. Je me cache comme tout le monde face à ces petits sorciers, bandits, qui règlent je ne sais trop quels comptes ! Des amis sont blessés et râlent. Je reconnais des camardes de travail de jadis (Roussel, Picard, Valade). Puis, il y a une réunion. Salle vaste. Un gymnase ? Des moniteurs nous conseillent. Un caucus savant, bavard, futile. Je me sauve. Aile me retient. « Il y va de notre survie » ! Je sors, je me moque, plus une seule voiture en ville. Les jeunes rôdeurs juvéniles sont disparus. Méfiance de cette accalmie. Une sorte d’Harry Potter pleure, seul, assis dans un caniveau. Je me sauve. La peur. Je me réveille.
D’où ça peut venir. Lectures récentes. Sur l’excision en Afrique. À la télé, des enfants installanbt une machine pour faire dérailler un train. Les 118 assassinats du sordide docteur en Angleterre. J’avais songé à ma bande, dans « Enfant de Villeray », martyrisant les chats de ruelle. Mystère des songes noirs.
3-
Jeudi soir, film loué, bien fait. « The Hart’s war ». Un Bruce Willis solide. Un camp de prisonniers au nord de l’Allemagne. Même ambiance que pour « Le caïd », autre film bien fait mais se déroulant dans un camp tenu par des Japonais. Un récit effrayant, encore sur cette guerre de ‘39-’45. Gregory Hoblit est un réalisateur compétent.
Actualités : Une parodie du mariage ? Deux homos. 29 ans de vie commune harmonieuse. Désir tenace d’une union officielle. Rien du genre névrosé, des « homos à sauna », pour des secousses anonymes et brèves. Un beau couple, cela est évident. Trouver un nom nouveau pour ce type d’union …maritale ? Oui. Aile enfin y consent. Je dois me dénicher un papier attestant que je suis bien un veuf et le curé du village, Michel Forget, dit qu’il nous organisera un mariage. À trois coins de rue d’ici. Régler cela pour septembre. Fin du concubinage. Ce mot ! Vendredi, voyage-éclair en ville. Courrier, Aile pour son cher poulet mariné du Adonis, rue Sauvé. Entrer-sortir quoi. Vendre ce mini-condo en ville, non ? Aile, desperados espagnolisante : « Non, non, Clo. S’il fallait que l’un ce nos deux tombe gravement malade…Nous voit-y voyager tout ça pour le visites à l’hôpital à Montréal ? » Bon. Pas vendre. Mon correspondant de Concord (qu est en Mass, pas au New-Hamshire, dit-il) : « record Guiness ? j’ai touché 8 dollars US de royautés pour mon « Total Chaos ». Eh ! Je reçois parfois un chèque de 8, ou de 13 piastres, pour un vieux livre publié qui trouve quelques lecteurs. Pour un livre nouveau, oui, c’est rude. Ça fait mal. Ça stimule pas une miette. Ce G. Tod pourrait sombrer dans la parano car il avance que si un littérateur critique trop fort, ne respectant pas les tabous….—et cela par un inconnu ou un méconnu— c’est l’enterrement rapide.
5-
Ce vendredi-là, anniversaire de ma fille. Téléphone du popa. Elle a reçu mon cadeau. Elle devra rencontrer bientôt deux ou trois médecins. Spécialiste de ceci et de cela. Ma peine. Elle qui fut si forte si…en bonne santé jadis, enfant , ado. J’invoque mes chers défunts à son sujet : que la santé lui soit rendue.
Les spéculateurs se méfient. Les mensonges aux boursificateurs des patrons. La cupidité rongeuse de confiance. La bourse en alarme. Crise, Congédiements en cascades. L’économie des USA chambranlante. Dans un magazine de Paris : prévisions de catastrophe aux États-Unis. L’Euro grimpe. Des jargonneurs s’en mêlent. Pour l’un, rien à craindre, pour l’autre, un tremblement de terre économique chez nos gras voisins. Qui croire ? Nortel valait 120 piastres l’action. Chute vertigineuse et c’est 2 dollars l’action maintenant. Du chinois pour moi. Word- machin s’écroule…faillite à l’horizon ! Manchettes premières sur tout cela au télé-journal. Aile : « Desjardins m’a prévenu pour mes REERS, je vais perdre dans le 3,000$ Et toi » ? « Moi ? Je lis pas ces paperasses codées chez Desjardins ».
Petit écran, petit écran, que vois-tu venir ? Misère en Angola. Guerres civiles. Du sang en Israël. Du feu…des inondations…Le sida-ravage. Et, enfin, le pape, en ce moment dans son avion jaune et blanc, surgira à Toronto et des foules jeunes attendent ce petit vieux malade, tremblant, étonnant pontife d’une religion à laquelle la même jeunesse ne souscrit en rien ! Mystère ?
Ce pape veut mourir à l’ouvrage, en pèlerin. « Mort d’un commis-voyageur évangéliste ! À Toronto peut-être ? Ou au Mexique, où il s’en va après ? Monique Miller : « Oui Claude , comme Molière, il veut mourir en action ! ».
Fête de l’amie Mimi Dubois, dimanche. Promesse d’un petit mot. Je le fais. Courriel au mari organisateur de la « cérémonie ». l’ami André Dubois. Pendant que le jardin de Mont-Royal festoyait (40 invités !), nous, ici, dimanche, nous bavardions à perdre haleine, conversations à bâtons casés sur les faits divers en « colonie artistique ». La revue générale des « gens de la balle » quoi !
J’ai repris mes pinceaux une fois encore, vendredi. Hum… Essais, essais ! Fort marchand de glace et de charbon. Vieux à la pipe sur le balcon. Une mouman et se quatre fillettes au panier de tomates….Pas fort encore ! Au bord du découragement ? Oui et non. Fou, je me dis que, soudain, je trouverai la bonne veine et que paf ! ça va jaillir, couler comme source. Tête heureuse va !
Vendredi soir, entretien télévisé à « Inside Actor’s studio » avec Kim Basinger. Bonne télévision d’ARTV. Une actrice aux antipodes de la fraîche manipulatrice Sharon Tate vue il y a peu. Avec Basinger de la bonne franchise, des aveux frais, de l’expérience offerte généreusement aux élèves de l’école de New-York et…à tout le monde aux écrans.
Oh ! La bonne rencontre chez Claude, vendredi soir, rue du Chantecler où l’on bouffe trop gras mais… quelle formidable régalante bouffe ! À une table voisine : une directrice-adjointe de la SRC, aux dramatiques, Claudine Cyr. Je suis ravi car voilà qu’elle offre à Aile de donner un cours (« sur l’image ») à l‘alma-mater. Aile refuse. Rendue à la maison : « N’empêche ça fait du bien. On me veut, on pense encore à moi. On a toujours confiance en moi. C’est vitalisant. » Moi bien fier d’elle.
6-
Un bon groupe de soldats en Israël refuse d’aller servir dans ces territoires occupés. Ouf ! Vent frais nécessaire. Ils iront en prison. Honorable incarcération. L’honneur de ce pays est sauvé par eux. Beau courage. Ces objecteurs de conscience d’aujourd’hui sont la nécessaire « réparation » d’une réputation « bin maganée » là-bas. État, menacé certes, mais qui doit comprendre qu’il faut aussi un état aux Palestiniens. Sinon…du sang versé (de civils innocents) et pour longtemps encore.
Un lecteur laurentien s’insurge avec raison dans l’hebdo « Succès ». Par ici, Cogeco (comme à Montréal ?) n’offre pas la télé française de l’ontario, TFO. C’est scandaleux. Sylvio LeBlanc est révolté. Comme moi, il dit qu’il se fiche carrément du gros paquet de canaux USA offerts gratuitement. Il y a si peu de chaînes francophones. Comme LeBlanc, je voudrais bien obtenir TFO. Et au plus sacrant. Je dois trouver un bon moyen de dénoncer ce COGECO aux mains pleines d’Amériquétaineries ! Ça suffit !
7-
Je viens de lire (courriel) un jeune (Robert Mercier) qui est monteur pour l’entrevue accordée récemment ici. Il me remercie pour mes propos. Rares compliments chez un technicien… le monde change, les temps changent. Il m’a donné confiance. On se jette à l’eau, face à la caméra, on sait pas trop si notre baratin a de la gueule ou si c’est du vasage et voilà qu’un modeste monteur vous dit : « c’est bon, merci, c’est des propos riches ». Merci jeune homme !
Si jamais mon fils ou ma fille décidait de rédiger un bouquin sur « moi, en père »… que dire ? que faire ? Ouaille ! Dangereux. La fille du très célèbre reclus, l’ermite de Cornisch, New Hampshire, J.D. Salinger —auteur de « L’attrape cœur », relu récemment, livre-culte, roman d’initiation— fait éditer « L’attrape rêves ». Nil, éditeur, 512 pages. « Nihil obstat » ? Margaret Salinger étale la vie secrète de papa. Un illuminé, qui navigue de religion en religion, parle des langues inventées (de l’au-delà), boit sa pisse…Franchement ! Est-il vraiment sénile ? Si oui, vite, « le manteau de Noé », madame. Sinon… quoi ? Pour du fric ? Par besoin de casser une camisole qui l’a fait souffrir ? Mon Dieu…la vie, la vie à l‘ombre des gloires littéraires made in USA !
Normand Rousseau explique clairement aux lecteurs de La presse que c’est une fausseté de répandre qu’au Québec le citoyen croule sous les taxes et impôts. Aux Usa, où tout doit se payer, le coût de la vie revient autrement plus cher. Y vivre peut être la ruine en cas de malheurs (de santé entre autres). Ces bobards servent à diffamer le Québec un peu social-démocrate. Ils sont repris par les bons valets John Charest ou Mario Dumont. « On va couper tout cela et puis vous débourserez de votre poche si vous tombez malade ». Une mode dangereuse s’annonce.
La vogue néo-libéraliste (sauce Reagan, Tatcher, Harris-Ontario) est dénonçée désormais et il était temps. Pendant ce temps… des affairistes, —tel M.Léon Courvile— se coulissent chez l’ADQ dumontiste ! Eh !
8-
Dame Clarkston —la femme à Saül— (Vice-de-la-Reine) dans « L’Actualité » dit que la CBC engage souvent des francophones mais, hélas, pas le réseau français de Radio-Canada —pour ses chers pauvres petits anglos. Petite niaiseuse va ! Les nôtres sont toujours les seuls bilingues…voilà pourquoi ils peuvent bosser à CBC ou ailleurs ! Et pas les anglos toujours unilingues anglais, eux. Non mais…quelle sotte vice-royaliste ! Comme d’habitude, l’interviewer ne réplique pas, rien. Faut être poli face à la General Governor ? Hon, pas de médaille jamais pour moi, là, c’est certain.
Je lis sur Napoléon Bonaparte : « Il a fait un pays de veuves et d’orphelins » J’applaudis et tant pis pour les cocos à la Ben Weder, ces idolâtres ce « petit caïd des banquiers (Guillemin).
Mon éditeur, bon ami du Ben Weder, racontera « L’homme fort du Québec », le très célèbre jadis, Louis Cyr. En six épisodes, Beaulieu montrera que le leveur de poids prodigieux, connu dans toute l’Amérique du nord, était aussi danseur (!) et musicien et…. politisé à fond ! Hâte de voir cela.
Robitaille, qui vit à Paris dit qu’il a étudié les Augustes de l’Académie « comme une tribu d’Amazonie ». Il publie en septembre « Le Salon des Immortels… ». Il parle de médiocrité totale depuis qu’on y trouve plus des Bossuet, Racine, Lafontaine et…Valery, Péguy, Mauriac…Robitaille avance que cette Institution anachronique sert de compensation subconsciente depuis que l’on a osé trancher la tête du cou du gras roi Louis numéro 16. Lecture amusante (Denoël, éditeur) bientôt.
9-
Monique Miller a eu l’occasion (chanceuse !) de voir le fameux transformiste italien Brachetti. Hier, ici, elle ne tarissait pas d’éloges. Elle est certaine qu’il va triompher partout aux USA où il s’en va maintenant. On a raté cela.
Nous tous, via notre Caisse public (des dépôts) soutenons Péladeau Junior —qui énerve bien du monde par ses acahats audacieux. Quebecor Media c’est quoi ? C’est 180 journaux désormais, de tailles diverses certes dont le Journal de Montréal. C’est Vidéotron : un million et demi d’abonnés. C’est TVA et LCN. C’est Canoé et Netgraphe. C’est 170 magasins SuperClub, des magazines « people » et des hebdos pop. Un empire. Un colosse made in Québec ! Nos économies (à tous) sont bien à l’abri de magouilles style Enron, Nortel et Cie ? Touchons du bois.
Francophobie qui pointe aux USA « La France serait un terrain d’antisémitisme virulent ! Un ambassadeur y rétorque. Dans le Washington Post. Titre : La France calomiée. » Bujjon L’Estang contre-attaque : « Les Usa ont rejeté Lieberman comme candidat, en France, Blum et Mendès-France, juifs, furent élus ! Les actes anti-juifs sont le fait d’une jeunesse nord-africaine mal intégrée, il n’y aurait jamais eu de KKK anti-Noirs en France, jamais. Depuis un certain silence se serait installé au sud de Lacolle !
10-
La « Presse Canadienne » se l’ouvre : dépenses royales des politichiens fédéraux aux Olympiques chez les Mormons ! Une fédération de jeunes sportifs à Salt Lake city recevait 15,000 $ pour s’exercer. Madame « Drapeau Copps » payait 3,475 $ pour chacque nuit à son chic hôtel ! La ministre de la « Kulture Canadian a acheté pour 57,000 $ de billets « de faveur ». Elle a versé pour des babioles et du beau linge « unifoliant » pour 60,000$ Pour des petits fours et du vin mousseux de l’Ontario :14,000$
Clair ? Les politichiens avaient le gros du fric et des pinottes pour les jeunesses sportives. Apprenant tout cela, on entend « Ça me dégoûte ». Déclaration d’ une skieuse, Sara Renner. Pas seulement vous mademoiselle !

Le vendredi 19 avril 2002

Le vendredi 19 avril 2002

À CŒUR OUVERT
1-
Pas de soleil ce matin mais toujours cette douceur, ce printemps qui a surgi si subitement qui fait que nous sortons balayer, brosser…nettoyer. Moi, hier, je retire les tapis de coco, je sors deux râteaux, je cache les pelles. J’’installe les deux boyaux d’arrosage, un pour le jardin d’en avant, un pour le terrain d’en arrière. . Oui, un vrai plaisir. Cinq mois au moins à attendre cette saison. Les Québécois nous devenons comme fous quand, enfin, enfin, enfin, revient ce climat de douceur. Le lac —quand? dans la nuit— est redevenu de l’eau !
Je n’aurais pas à aller bien loin si je veux entendre jaser des camarades écrivains dès demain matin, samedi. En effet, juste en face de chez moi, le président de notre « Académie des lettres », le poète Jean Royer, lancera une série de causeries au Chantecler.
Y aller ? Peut-être. Je viens de raconter un terrible canular dans « Écrire. Pour l’argent et la gloire » :invité à un de ces colloques, au Mont-Gabriel cette année-là, j’avais lu un texte-bidon avec des noms d’auteurs fictifs et des citations fictives et…on avait écouté cela sans broncher. Je voulais me moquer des amateurs de citations savantes, celles des cuistres habituels, toujours présents à ces réunions littéraires.
Si j’y vais, porter alors un carton d’identification : « reporter ». Oui, « envoyé spécial ». J’aurai un carnet de notes. Un bloc. Je serais l’envoyé du journal… Le quel ? Bin, le mien. Mon journal. À Aile : « Accompagne-moi demain, tu verras ce monde des littérateurs, ça te changera des acteurs et réalisateurs, non ? et il en viendra d’ailleurs, c’est dans le journal de ce matin. Viens donc ! »
Aile : « Non, non, pas le temps. Et demain, si tu vas là, ne me reviens pas trop tard, on va souper chez les D. J’aurai des courses à faire avant d’aller là. » Voilà comment madame estime les gens de lettres ! Édifiant, non ? Me suis toujours senti un peu « à part » à ces meetings d’écrivains. Pourquoi ? Sais pas trop. J’étais un décorateur de télé qui publiait un roman par année, pourtant. Cadence pourtant rare parmi mes collègues en écritures. Un scénographe de variétés qui a une marotte, un… « hobby » ? Oh ! Cela ou…Sais pas. Je me sentais, au milieu des écrivains, un étranger. Bizarre sentiment. Je voyais des « fous d’écrire », des studieux du « livre », des acharnés, des « graves et seurieux » zigues. Oui, moi, j’écrivais comme par les soirs, les week ends et un mois par année en vérité.
Bientôt donc, dans le journal, c’est probable, des notes sur les invités du colloque littéraire de cette année. Irai-je en pédalo, le lac maintenant fondu ?
2-
Hier, joyeux, j’arrose un peu partout. Aile rigole. Elle sait qu’arroser chez moi, est une sorte de bonheur total. L’eau ! C’est la vérité. C’est dröle, remonté sur la galerie, je lis dans le vieux volume du savant Ellis : « L’ondinisme », dont j’ai parlé il y a peu.
Il y a 270 pages. J’en suis à la page 115. Étrange discours sur la pisse. Les pisseuses. Ellis nous sort les mythes, les légende, les contes, les fables, les statues (dont le célèbre Manequin-Piss de Bruxelles), les tableaux, les décors, antiques ou moins anciens, sur… « uriner ». Étonnante rétrospective qui va du jet d’eau illustré par les fontaines, des concours de jets d’eau par les gamins qui pissent en riant, des postures des femmes qui urinent et cela à travers les âges et selon les contrées. Ellis parle de Noé (l’eau qui monte) et de Moïse, trouvé sur l’eau.
Évidemment, après ses énumérations chronologiques, il en vient à son sujet :l’érotisme uréthral —ou urinaire— et l’érotisme anal qui est autre chose. C’est fou et captivant de lire cette étude. J’avais lu sur le diariste célèbre qui aimait pisser sur sa femme ou qui aimait se faire pisser dessus. Mais avec Ellis, c’est les savantes explications de cette manie. Freud est appel à la barre comme l’on pense bien. Lui et ses disciples dont cet auteur. Des mots s’amèenent : enuresis. Énurèse. Uropoiétique. Amphimixis. Urolagnique. Urolagnie. Anurie. Exhilaration. Exhilarant. Ouf !
En fin de volume, Havelock Ellis parle de cleptolagnie. Un temps, freudien passionné, je cherchais à tout savoir sur le subconscient. J’avais donc accepté ce livre avec plaisir quand le libraire René Ferron me l’offrait vers 1965.
Ondiniste moi-même (!) , je quitte le bonhomme Ellis et retourne arroser les jeunes arbres plantés l’an dernier. Ah oui, ce jet d’eau fait plaisir à voir, à diriger. En fin d’après-midi, avant souper, j’irai même jusqu’à arroser le recouvrement —en déclin de plastique— des murs de la maison. Une crasse grise coule jusqu’au sol. La satisfaction de sortir de l’hiver. La joie d’entrer en printemps, les lieux nets…comme dans « Journées nettes », tiens, le tite du journal sur mon site web.
3-
Paris imitera désormais New-York. Hier soir, une première, à la télé de Artv, de Paris, un long entretien, très captivant, avec Philippe Noiret. « Un cancre total », admettra-t-il. À trois reprises, Noiret se taira subitement, comme étranglé d’émotion, comme en proie à des souvenirs trop riches. De la bonne télé. Mieux qu’avec notre habile Lipton et son « Actors studio » newyorkais car c’est dans notre langue. Hâte déjà de voir, jeudi soir prochain, la deuxième partie de cette interview. Promesses fameuses, on y verra sans doute tous les grands noms en un défilé fascinant. Vive cette sorte de bonne télévision !
J’ai fini de lire mon exemplaire du Nouvel Observateur. Une page sur l’ontarienne célèbre Margaret Atwood —la vis-à-vis de Victor-le-matamore, livre dont j’ai parlé ici— à la toute fin de l’Obs. Son tout récent roman contient des extraterrestres. Oh ! C’est le récit d’un romancier aux prises avec un roman trouvé qui raconte le blocage d’un roman en cours …Ouen ! Je n’aimerais pas lire cela, je le crains ! Je déteste ce narcissisme à la mode. En vieillissant certains auteurs se regardent le nombril (comme font tant de jeune par ailleurs !), ils s’examinent en train d’écrire. Je me méfie de cette soupane égotiste, moi.
On commente un livre sur l’étonnant Augustin, le saint, théologien fameux qui disait : « Aime et fais ce que tu eux », ma devise. Aussi un livre sur cette Simone Weil, morte de tuberculose jeune, juive parisienne anxieuse du destin du monde, convertie en catho, qui se fit ouvrière d’usine, qui s’exila à Londres, qui était une mystique —une hystérique disent les athées bien entendu. Bref, on parle de sujets qu’un magazine comme notre « L’actualité » n’aborde jamais. Ici, racisme inverti, on doit se dire : « tout cela n’intéresse pas nos misérables lecteurs » . N’est-ce pas ? On est tous, les Québécois, des cons abrutis, c’est certain. Alors, hélas, on reste des « jamais stimulés » à cause de ce mépris ambiant des dirigeants en presses diverses. Et, aliénation en mineure, on achète des produits « made in Paris ».
4-
Après le Noiret si bien confessé, nous regadons à ce canal Artv, « Métropolis », un magazine de Berlin illustrant des événements artistiques divers en Allemagne. Ah que cela fait du bien ! Les Québécois ne sont pas frileux, ils aiment les mondes étrangers. Mais il n’y a que les USA, sans cesse et toujours. Aile et moi étions ravis de voir autre chose que New-York et Los Angeles, merde ! Non pas que ce « Métropolis » était si bien ficellé, non, mais il nous changeait de la poutine impérialiste USA. Pouvoir regarder ce qui se brasse (théâtre, danse, peinture, cinéma etc.) en Italie, en Espsagne…Mais où voir cela ? Consultez l’horaire de télé : un peu d’ici, du français sur 6 ou 7 chaînes et 25 canaux et plus d’anglo-américains ! Sur ce sujet, la belle niaiseuse de Maréchal me criait : « Quoi Jasmin, on est en Amérique, on est pas en Europe ! » Oser parler ainsi à l’heure des satellites partout, de l’échangisme mondial, des rubans transportables et rapidement décodifiables ?
Vu aussi, toujours sur Artv, le romancier Philippe Djian. Célébré par son célèbre roman (mis en film) « 37. 2, le matin », il frappera un certain mur par la suite, se livrera alors à de la…porno (!), disant à l’écran que « c’est de la merde ce qu’on trouve dans les sex shops » (!). Ajoutant « qu’il est très difficile de produire de la vraie porno ». Mon Dieu, quelle noble tache mon Philippe D. !
Souvenir : je tentais, en 1985, sur TQS, d’animer un talk show sur les livres et ce jeune célébré, Djian, en studio, boude, joue le désintéressé, me bat très froid quoi. Malaise total alors. J’en garde un cuisant souvenir. Un « p’tit frais chié de Paris. Point final. Plus tard, le Arcand cinéaste —un mauvais jour— lui aussi, affiche des airs de grandeur et de mépris souverain pour l’émission en cours. Djian sépare nettement érotisme et porno. On saura pas les frontières…fines des deux domaines. Le « pas de sentiments » en serait la loi.
L’interview sur Artv se poursuit et ça jase sur l’obsédé Ouellebec (avec « Particules élémentaires » et « Plateforme ») et la copuleuse bestialiste, Catherine Millette. Enfin Djian parle de son petit dernier, « Ardoise », qui raconte sa gratitude envers des auteurs « premiers » chéris : Kérouac, Cendrars, Henry Miller. Il dira : « Voilà, j’avais envers eux tous, « une ardoise », une dette, j’ai payé. Aile me dit alors : « Ah ! comme toi avec ton « Je vous dis merci ». Pas tout à fait, je remercie, moi, non pas des littérateurs qui m’auraient marqué, mais des gens généreux de mes humbles commencements.
5-
Vu « Fortier » hier soir. Aile y tenait. J’aurais pu aller lire à l’étage mais j’aime rester près d’elle. Encore, j’en ai parlé, la démonstration, « farouche » chez Larouche, que 1- « la femme » est la seule brillante parmi le policiers mâles. 2- Et que « la psychologie » est le seul moyen pour solutionner tout. Comique non ? Ce féminisme (inconscient ?) joint à la louange du métier de l’être aimé. Rigolo, oui. Le texte était mal « économisé », confus, sans rythme solide, avec un temps massacré, la réalisation suivait, mollement voyeuyriste, complaisante, sans chronologie claire. En somme un amateurisme bien dissimulé dans une facture (fabrication ?) habile, moderne, aux effets sonores efficaces. Discussion sur « contenant » dynamique et faible « contenu » à l’horizon ? Non . Pas le temps.
Vu aussi la fin de la série « Tabou ». Pour cette saison. Tout revient si tout lasse et tout casse ! Bonjour les accros ! ce « Tabou »,,c’est des allures modestes, pas du tout « gros chiard », pas prétentieux. Louise Portal, Germain Houde, Claude Léveillé —acteur habile souvent— offrant de bons jeux. Visite au Nicaragua ! Téléfilm-Canada —nous tous quoi— est riche. Bof, payé en pesos, non ?
6-
L’autre soir, Paul Arcand, à TVA, tisonne (!) Gabrielle Lavallée, devenue manchote par l’opération à froid du Moïse québécois. Un capoté vicieux, dominateur de filles abusées, G. L. fut une victime d’inceste, enfant. Un dérangé mental mais « qui a un gros quotient intellectuel » affirmera sa proie ! C’est une des nombreuses sottes épouses du polygame, malade mental, Roch Thériault, alias « Moïse ». Inyerné, il sortira de sa prison du Nouveau-Brunswick, c’est probable, un des ces prochains jours ! Malgré ses menaces de mort à l’endroit de cette Gabrielle selon ses dires.
La justice d’ici est ainsi faite. Compassion sans fin pour les désaxés…jusqu’à ce qu’ils récidivent. On en a vu un cas (pédophilique) récemment. Folie ! Une confession télévisée pitoyable. Arcand, stupéfait avec raison, se tait parfois. Il cherche, comme nous tous, à comprendre cette grande niaise qui aurait dû prendre ses jambes à son cou et fuir le monstre. Elle dit : « un grand charisme, il avait ! » Ouen ! Le masochisme est un gros mystère humain !
L’ex-martyre du fou parle vite, a une diction curieuse, affiche un vocabulaire primaire mais, soudain, sort des mots savants. Elle est allée en cure, en thérapie, sans doute, et emprunte maintenant au vocabulaire des psys. Elle avoue une jeunesse de cauchemar, elle sort d’un gouffre, d’un abîme grave, et tout cela vient d’être mis en film. C’était couru. Un cinéma plus ou moins « non-fictif », qu’on verra bientôt avec l’excellent Luc Picard en gourou psychosé.
7-
Je ne fume plus. Aile en bave davantage que moi. La faiblesse de « la » femme ! Je la taquine. Elle ne rit pas. Déception avec cette École-Bouffe parfois. Faisan…viande dure, hum…pigeon, pas de viande du tout, de la peau et des os, leurs « osso-bouco », viande sèche. Aile pas contente ! Moi, énervé. Je dois être prudent et ne m’y connaît pas. Hier, très bonnes bavettes d’aloyau. Bonne sauce. Bon goût. Ouf ! J’ai la permission d’y retourner. Eh oui, c’est la « dragée haute » avec mon Aile, je ne vis pas avec une Gabrielle L. Si j’osais vouloir lui couper… un seul doigt, même le petit…elle m’arracherait les yeux et vite ! J’aime pas les filles masos, alors.
Enfin, rentrée de chèques, hier, de TVA. Pour Jocelyne Cazin et mes topos-débats chez Bruneau. Ça fait du bien. Envie de m’acheter de nouveaux pinceaux. Des gros. Et des litres, oui des litres, d’acrylique, bleu, jaune, rouge, blanc, noir, sortir beurrer (barioler) ces vieux stores qui traînent dans ma cave. Je m’ennuie de peindre. « De la peinture ? », dirait Aile et elle me dira : « Bien. Bon, regarde, tout s’écaille, il y a les balustrades, les planchers des galeries… » Et elle aurait raison. Bientôt, je vais m’y mettre. Dire que je rêvais tantôt de peinture dans le sens riopellien du mot !
Au Salon de Trois-Rivière, dimanche, il y a eu discussion vive à propos de la dictée « à pièges » du golfeur, chanteur et brasseur de malt, le « guadéloupéen » sympa, Robert Charlebois. Des « pour » et des « contre ». On s’agitait sur scène, Jacques Laurin, fier et noble, gardait ses distances. Une sobriété de vieux garçon bien élevé. Moi, le dictées farcies de pièges, je suis « contre » mais j’ai gardé le silence dans la salle.
Une maîtresse d’école (retraitée, elle l’a spécifié) a bondi à un micro libre en écoutant un Léandre Bergeron, boulanger à ses heures, affirmer qu’il faut se méfier des dangers de montrer aux jeunesses que le français c’est un tas de difficultés, des entourloupettes rares, des pièges à cons. Des exceptions folichonnes, etc.. La demoiselle en gris-fer, raide et bien fâchée, était furibarde ! Ensuite, silence de mon Bergeron, prudent et souriant. On ne réplique pas à Jeanne D’Arc. Bravo !
Rêve dans ma chambre d’hôtel rue Hart, samedi. Je suis dans une sorte de club chic, un « Iberostar », quatre étoiles, comme celui connu l’an dernier en République dominicaine. On nous conduit, sages touristes, à un lieu vénérable, c’est marqué « Muséum » dans son fronton de pierre ruinée. Le guide nois mène aux caves. Plein de musiciens. Du jazz, des airs sud-américains aussi. Boisons. Rhum surtout. Je bois un peu. Fumée partout. Lumière rare. Je cherche Auile. Disparue. Enlevée ? L’amie, M.-J., sort d’une pièce et me saute dessus ! Ma surprise totale ! Elle rite, se moque de ma pudeur. De ma retenue. « C’est congé, fête, vacances quoi, dit-elle ». Je reste figé. L’attitude du refuseur digne. Elle tente de m’embrasser. Je me sauve d’elle. Dédale fou dehors. Petites venelles louches. Je suis perdu et soudain, miracle des songes, je retrouve notre « Iberostar ».
Ouf ! Aile est à une terrasse du vaste hall de plein air, elle boit un jus de fruits. Je lui raconte l’incroyable assaut de sa chère et fidèle amie. Elle ne me croit pas. Je me réveille.
Toute cette fumée… mon manque de nicotine…cause de ce petit délire ?
8-
Vu ce Salman Rushdie (à Artv)nparlant de son nouvel exil : Manhattan. Il dit : « attirance et répulsion à la fois ». Une facination, non ? Il dit : « une jalousie universelle sotte envers New-York que toute cette littérature actuelle. » Laquelle ? Celle publiée dans les grottes des taliban ? Il ajoute : « une envie maladive face aux USA ».
Franchement !
Jacques Chirac avait fustigé cet auteur au tempos de son livre illustrant le prophète Mahomet en satyre dégénéré. Moi aussi, je jugeais qu’il était facile de ridiculiser une croyance, un chef religieux reconnu mondialement. De faire des Jésus en homosexuel ou en sado-maso et quoi encore ? Je regardais son visage de…satrape, son faciès de fouine pas clair de nœud —eh oui, juger sur le physique c’est donc pas beau, hein— je continuais à ne pas estimer ce grand voyageur qu’on a montré longtemps comme un « terré », une victime de l’Iran sauvage des intégristes. Rushdie publie une sorte de polar (sauce, peut-être, Umberto Eco ? L’hyper-cuistre qui aime pas voir le populo en musées !) et Salman va guetter les échos. Il s’est exilé au cœur de l’argent et du pouvoir, en nouvelle « Roma », alors ma méfiance augmentée. On verra bien ce que cet arbre, encore une fois déraciné, volontairement, donnera…
8-
Pivot dixit : « la francophonie, ça fait ringard et il y a trop de pays si peu français dans ce vaste club… » Badang ! Dans L’Express, un édito que je résume : « La France, pas unie comme avant, trop de religions, trop de protections spéciales, trop d’ethnies en ghettos, refus de s’intégrer comme jadis, fracturée la France, émiettée, avons nostalgie de la bonne vieille république uniforme de jadis avec ses seuls mots : liberté, égalité, fraternité,… »
Eh b’en ! Rapprochement à faire partout. Ici comme ailleurs. Peur aux USA de l’espagnol qui monte ! Fin des pays univoques, début de tous les brassages. La dictature (!) des majorités, de la multitude, mise à mal désormais ? Nous sommes 84 % au Québec, non, pas vrai ? Et entendre : « pis ça ? » Place aux droits de chacun. Mosaïque totale ? Savoir qu’en France aussi, des hommes de gauche se posent des questions. Ravage des « chartre de droits » —avec, jamais, aucun devoirs collectifs à respecter— oui ou non ?
M’intégrer à la majorité, moi, dit le nouveau venu …Pourquoi ? Votre pieuse et révérée chartre me protège. Je n’émigre pas vraiment. Je reste ce que j’étais…Exil ou non ? Où ai-je mis mon kirpan ? Voyons…
8-
Tu as donné un 5 piastres à un parti politique. Disons un 5, au P.Q. Tu vaux quoi ? Une corporation (de pub) donne 195,000 $, elle. Elle vaut quoi ? Mieux que toi, petit tarlais ! La compagnie fera des profits : un million et demi en bel argin, viande à chien. « Group’Action » c’est de l’argent bien placé. On fait des copies d’un même rapport sur « comment bien tapisser arénas et amphithéâtres de drapeaux unifoliés… »
Et on m ramasse la mazoune. Un scandale. Qui restera lettre morte ? On va bien voir. En réalité, tous les politiciens se tairont peut-être. Et les journalistes aussi. Connivence. Ils sont bons copains aux restaus des parlements. Quoi, c’est la pratique courante. Partout. Au P.Q. comme chez le petit Mario ? Partout. Il y a les gros, les moins gros mais, partout, c’est ce rackett.
C’est passe-moi le sel, je te passerai le poivre. Après ça, on verra des rigolos surpris : Mon Dieu, où va la démocratie, les gens vont plus voter ? Mon Dieu, le public méprise les hommes politiques, c’est malsain ! Gauche, droite, libéral, conservateur, un seul club. Celui des favorisés. Quoi, tu donnais un petit 5 à un petit parti ? Tu vaux rien.
Un scandale actuel ? Récemment, la firme diabolique « Enron », l’enfer des fourbes et des spéculateurs avides, qui trompent les petits spéculateurs niais (ses travailleurs salariés candides), aux USA, montre le scandale des scandales. Avec des « arrosés » au Sénat, à la Maison Blanche.
Effroyable…et le temps passe…Le silence se fait.
Dehors, la clarté. Je vais aller arroser mes bosquets, tiens. Les laver de l’hiver.

Le mercredi 30 janvier 2002

Le mercredi 30 janvier 2002
1-
Lumière pâle, toujours, dans ce ciel mat. Grisaille pour cette fin de janvier. Demain…déjà février, le mois racorni, raccourci ! On verra mars s’amener et puis ce sera « le portique » du si beau printemps québécois, revigorant, si stimulant quand la lumière baissait depuis si longtemps, depuis novembre. Ma hâte !
Ce matin, appel de la radio de CKAC. C’est un certain François Reinhardt à l’appareil. Il est le fils de Roger, avocat de la Grande-Allée d’Ahuntsic (oui, nous avons comme à Québec, une « Grande Allée »). Maître Roger (revu en rencontres « almamater »-iennes) fut un collègue de classe au collège Grasset. Il était si brillant, en tout, un bolé, un Premier-de-classe, raflant les premiers rôles de notre théâtre-amateur. Je fis rire le fiston lui révélant notre jalousie de ce beau brummel frisé, aux allures d’Adonis bien grec et surdoué. Mais, il était petit de taille, ah ! tout de même :justice immanente.
Dans mon feuilleton « La petite patrie » Roger était incarné par l’acteur Jean-Pierre Chartrand, pas bien haut sur pattes, lui aussi. Un soir dans un restau du Vieux, rencontre inopinée, face à face cocasse, mon Roger et Chartrand que j’accompagnais . Amusante rencontre, on peut l’imaginer. Donc le Reinhardt-fils me prévient : « Benoit Dutrisac et Geneviève Saint-Germain vous veulent au micro pour discuter sur « les vieux qu’on jette tôt ». Actualité : de « vieux » ministres du P.Q. viennent de démissionner étant donné qu’ils perdent leur…portefeuille (et c’est bien le cas de le dire !).
Je m’amuse une fois en ondes, rappelant qu’à leur heure de radiodiffusion c’était moi, le vieux, et le vieux Pierre Marcotte qui régnions en ondes avec l’amusante tribune : « La moutarde me monte au nez ». On nous avait…jetés le jour du mariage CJMS-CKAC ! Les ingrats ! ! Je cause sur les « jetés » de Radio-Canada en 1985-1990. Ce vice actuel de « l’âgisme », renie l’expérience, la sagesse aussi.
Mais Dutrisac et moi tombons vite d’accord : ces « sans portefeuille » devaient rester, devenir une sorte sénat utile, rester au fort comme conseillers précieux. Mais non, Chevrette, Brassard et Cie…claquent les portes, humiliés ! Il s’en va l’ex-ministre, il claque la porte, il n’a plus de chauffeur, plus de limousine, fini le sérail du paquet de fonctionnaires l’adulant…C’est navrant. Surtout en un parti dont l’idéal est haut placé : l’indépendance nationale.
Télévision surprenante parfois. Lundi soir, en ville, sans l’horaire, nous zappons au hasard, cherchant quoi dévorer et soudain, paf !, sur PBS, USA, un vieux barde enfoui dans un affreux fauteuil et ce pépère de la série « Masterpiece Theater » annonce un truc fort audacieux : un « Othello » de Skakespeare en une version moderne. Ça se déroule —anticipation— dans un Londres en émeutes, et ce Noir fabuleux, fort et sage à la fois, John (nom de famille : Othello) s’y montre le seul grand capable de rassurer les populations. On imagine la suite.
Oui, il n’y a bien entendu la belle Desdémone, le fidèle traître, Iago. Une dramatique télé hors du commun. Décors actuels pour ce vieux drame du grand Bill ! L’épopée de William se fait bardasser, se fait secouer le cadran, c’est prévu, c’est entendu mais il n’en reste pas moins un spectacle singulier de deux heures, mené tambour battant avec une imagerie surprenante, un découpage haletant. Ah oui, la télé parfois…magnifique. Notre anglais étant ce qu’il est, de grands pans du dialogue nous échappent un peu, les mots en sont vagues, mais la trame de l’intrigue (connue pour « Othello ») est clairement symbolisé. Je refuse que l’on de condamne la télé en bloc. Il y a des oasis, rares, mais féconds en diable !
2-
L’ex-patron qui fit florès aux « alcools et vins du Québec » (SAQ) va débuter le 18 février chez « Loto Québec ». La peur ! On doit attendre de ce M. Frigon, PDG retors, habile, brillant, le même envahissant succès. Peur car, déjà, on trouve 150,000 « joueurs compulsifs dans cet « État-Maffia », le Québec ! Beaucoup de ces « accrochés » sont en attente de traitement car il y a manque d’argent public pour soigner ces malades du jeu ! C’est Claude Bilodeau, responsable pour ces soins, qui l’affirme et qui s’indigne, se lamente. Depuis 1960, le pays a su évoluer dans maints domaines…mais dans ce domaine du vice, il se surpasse. Hélas ! Une réussite louche installant tant de citoyens qui grèvent leur budget, souvent pas bien gros car l’on connaît de terrifiantes statistiques. Plein de gagne-petits, parfois des assistés sociaux, qui rêvent de « s’en sortir » en privant la famille du nécessaire, misant sur ces machins et machines qui ne font que des dépités névrosés qui, sans cesse, retournent aux odieuses manettes du mauvais sort. Un pays tapissé de « one-arm-bandit » !Une infamie funeste, non ?
Un jeune homme sympathique, rencontré hier à la « taverne Magnan », m’invite à co-animer avec lui, un samedi, son émission à CKAC. J’ai spontanément dit « oui, avec plaisir ». En avril seulement lui ais-je spécifié. J’ai décidé de refuser toute invitation durant l’hiver. Je me suis déjà retrouvé sur la route de Rimouski dans une longue plaine, en pleine tempête de neige. Ne plus voir que du blanc dans le vent, partout. Il n’y avait plus ni ciel, ni sol, que du blanc dessus, dessous, sur tous les côtés. Affreux ! Ne pas savoir où est la route…Risquer sa vie alors ! Non, plus jamais. Le jeune de CKAC me dit soudain : « Je vous écoutais parler de ce Ovila dans votre conte de Noël, c’était mon enfance, ce Ville-Jacques-Cartier, encore plutôt bidonville de squatters en 1960.
Nouveau témoignage donc et qui s’ajoute à cette photo-internet expédiée pour me montrer la pauvre bicoque familiale d’un « misérable » hugolien. Je lui donné mon adresse-courriel : claudejasmin@citenet.net et je vais guetter un signal…en avril.
3-
Est-ce que devrais poursuivre, avec avocat, Ginete Herry pour « offense au droit moral » de mon collègue Carlo Goldoni ? Ou bien le petit-fils de son petit-fils de son petit-fils à Goldoni le fera à ma place. Car il est inextinguible le droit d’auteur sur le plan moral. Quand on tripote un texte, qu’on le coupe sans vergogne comme elle fait, qu’on le triture comme elle l’a fait pour « L’honnête fille », spectacle présenté chez Denise-Pelletier. En ce moment, il fait florès, dit-on, le grand bonheur des élèves des écoles. Comme Desgagnés le fait au TNM ces temps-ci avec Shakespeare (Les Folles de Windsor !) ça y va et pas par quatre chemins. Un cirque. Des cabrioles, des gesticulations, du mouvement… l’air du temps. Des images virevoltantes, costumes à « velcro », changeables en un éclair, du décor transformable et le reste ? Claques et fouets, giffles et coups de pied au cul, le diable est aux vaches et le rythme à la belle épouvante. Le texte du mort ? Ah b’en le texte…L’auteur est bel et bien enterré et…muet, non ? On peut y aller rondement ! Je ne sais trop quoi penser : présenter sans succès le texte intégral avec honnêteté intellectuelle… ou bien le trancher comme saucisson, lui enlever le trop plein de phrases, et en avant pour les folies bouffonnes. Écoutez les rire des écoliers !Au moins, les jeunesses vont savoir le nom de l’auteur décédé ! « La gang ? Goldoni c’est mieux que Goldorak, eille !, on était pliés en deux, les gars, allez-y ! »
Ouen !
Ouaille ! Sujet de réflexion : poursuivre ou non, pour atteinte morale à l’œuvre…mmm !
4-
Entendu Henri-Bernard Lévy affirmer face à Durant de « Campus » : « Les fascistes verts ! » Oh ! Écologie et nazisme, même combat ? Je sais qu’il y a tant d’exagérations chez les « verts » fanatisés qu’ils atteignent une sorte de totalitarisme dans les revendications en Europe, une intolérance « annoncée » qui fait frémir…si jamais…ce mouvement grandissait vraiment. . Mais…fascime ? A-t-on vraiment raison : l’intolérance de certains écolos peut faire peur, c’est vrai. On en voit s’associant à l’extrême droite d’un Le Pen en campagnes électorales françaises. Ici ? Pas encore à la mode. Autre sujet de réflexion…
J’enrage encore en lisant ce matin (plume de Nathalie Collard) l’expression désuète et si mensongère : « les deux sollitudes » . Hughe McLennand (!), —l’excité écrivain anglo qui avait sorti sa carabine sur sa galerie des « Cantons de l’est », tout apeuré par la « Crise d’octobre »— était dans les patates en créant cette connerie. Il n’y a pas, mais pas du tout, « deux solitudes » ici. Il y a deux nations, deux langues. Collard vantait les mérites de Peter Gzowski qui vient de passer l’arme à gauche (çâ me rire cette expression) et répétait qu’on n’enbrevenait pas de découvrir que les Québécois ignoraient ce reporter-vedette de la CiBiCi. La belle affaire ! C’est tout à fait normal. Qui, chez les Canadians, connaît nos grands reporters ? Personne. C’est cela deux « nations », pas deux solitudes… de mes deux fesses !
Dans notre pays, plein des nôtres qui lisent The Gazette, Globe and Mail, écoutent la CiBici….ce sont des colonisés. Des cocus contents. Ils souffrent de racisme. D’un racisme inverti. Écoutez-les parler. Cela veut dire que les autres, à ses yeux, sont tous parfaits et les nôtres, tous des crétins et des incapables, le raciste inverti méprise qui il est et qui nous sommes. C’ est un raciste. Inverti. L’intolérance, la xénophobie, haïssables sentiments, le concernent. Son racisme, son intolérance est toute tournée contre les siens. C’et un malade. Gravement.
Ce matin, bang ! Surprise à la radio !!! Un bonhomme d’ici, en anglais, en voyage en Angleterre, déclare que pour aider mieux le réseau français de Radio-Canada (on n’est que 2% en Amérique du nord, donc menacés davantage ), il n’y aurait —tenez-vous bien— qu’ à fermer la CiBiCi.
En effet, les Canadians ignorent Radio-Canada alias Canadian Broadcasting. C’est un fait patent. Ils regardent la télé, écoutent la radsio des amerloques (les cousins riches).
Les Canadians lisent les magazines USA, n’estiment vraiment que les produits made in USA. C’est une sorte de colonie niaise. Seuls quelques intellectuels et écrivains « canadians » subventionnés, estiment le Canada anglais. Ils se méfient, mais trop tard, de l’assimilation —galopante déjà— étatsunienne.
Le gros des populations —avec les émigrants rêveurs d’USA— s’en sacre. Ils sont déjà étatsunien et jusqu’ à l’os. C’est une vérité tue. C’est une réalité incontournable qui choque, qui enrage les profs d’université à Toronto, à Vancouver comme à Halifax. C’est un fait très têtu qu’on le veuille ou non.,
Or CiBici suce les deux tiers de l’argent public (normal quota) pour radio et télé publiques…. Avec, au contraire des Québécois, presque personne à son écoute. En effet, fermons la ruineuse CiBiCi déserte. Ils sont 250 millions au sud ! Fatale attraction ? Oui. Si La France (55 millions) avec ses fabuleuses ressources, si Paris se situait là où est New-York… verrait-on le même phénomène ? Sans doute que oui. On dirait : faut fermer Rdio-Canada personne ou presque regarde !
Si je n’avais pas mon journal J.N., ici, j’enverrais une lettre ouverte là-dessus (« Fermons vite la CiBicI ! »). Au Journal de Montréal, au Devoir, à La Presse —comme on le faisait depuis septembre dernier— on jetterait ma lettre au panier ! J’ai un lectorat, ici, de 200 personnes, me dit l’organisateur de ce site. Je compte sur ces lecteurs rares pour répandre l’idée : « Faut fermer la CiBiCi, ruineuse, inutile, vaine, verser ces fonds gaspillés au vaillant réseau français ! »
5-
Dimanche soir dernier, étonné d’abord d’entendre la fameuse Jeanne Moreau —qui incarne las Duras dans un film récent— affirmant : « Il faut être fou pour écrire. Marguerite Duras l’était. » Faut être fou ? Hum…Ensuite, elle dit : « L’écrivain n’est qu’un dévoreur de tout ce qui l’environne. Duras dévorait tout autour d’elle. » ». Eh b’en ! Elle ajoutera : « C’est un métier de solitude totale, écrire. Nous, les acteurs, on a toujours du monde autour, d’autres acteurs, notre réalisateur, ses assistants, des techniciens qui nous regardent travailler. L’écrivain, lui, est tout seul, Duras était seule. »
Fou et dévoreur et solitaire ? Mais non, Jeanne Moreau, non, il y a une sorte de formidable solidarité —l’ouvrage publié— entre liseurs et auteurs ! Allons, ce n’est pas fou de vouloir écrire, c’est sain, très sain. Dévoreur ?…là, oui, inévitablement puisque rien ne naît de rien. Pourquoi pas observateur au leu de dévoreur ?
Je suis e n train —ayant mis pas loin ce « Parfum de cèdre » de Mac Donald— de lire « Le liseur » qu’Aile a acheté hier chez Renaud-Bray, Avenue du Parc. Que « 9 tomates » chez Folio. Un collégien happé par l’amour très génital (à cet âge),séduit par une belle et vieille (30 ans !) conductrice de « transport en commun » …qui se retrouvera dans un procès —post-guerre de 1945— de gardiennes de camp de concentration…eh oui ! Oh ! Bien mené. Fameux. Je l’achève avec déplaisir, je voudrais que cela dure. J’en reparlerai donc sous peu. J’ai terminé, avant-hier, la biographie de Bernard Landry par Vastel. Ce dernier a une manière abrupte de narrer. Ses liens sont mal tissés. Il n’est pas un littéraire et cela fait que sa rédaction reste…disons, comme en a-plat. En revanche, s’il m’énerve, il me comble par sa recherche solide. Il a bien fait son job de biographe, avec rencontres diverses, —parents, amis, voisins, ex-collégiens, anciens chefs politiques, adversaires même. Terminé, on a une bonne idée du personnage public. Que de luttes souterraines, que de temps passé en caucus, en bagarres, en réunions niaises, —avec la cohorte des malheurs domestiques, familiaux, fils drogué en danger, etc. qui s’ensuit forcément— que de vie gaspillée en manigances politiciennes imbéciles.
Oh les calculs qu’il faut faire pour monter, pour combattre. Pour tenir. Pour réunir. Il y faut une âme de militant paroissial et aussi d’idéaliste entêté. certes…bien souvent, sordides batailles coulissières, perpétuelles, pour émerger sans cesse, se reprendre, s’excuser, réparer les bourdes, consoler les blessés, chasser les comploteurs… que de trivialités stupides. Un métier ingrat, impossible.
On sort de cette lecture de Vastel —qui sait la musique par cœur, y rôdant depuis si longtemps et on est en confiance — partagé : est-ce qu’il faut être un saint ou un imbécile pour accepter ce fatras infâme, ces combines obligatoires, ces longues veillées avec, parfois, de fieffés imbéciles qui ne cherchent qu’ à se donner du lustre. Je ne sais pas. Je ne sais plus. C’est fascinant et triste à la fois.
Le pouvoir est une corruption totale et il faut arriver à l’obtenir par les plus vils moyens à l’occasion mais s’en sortir comme lavé. Un art difficile, on l’admettra. Comment donc y parvenir ? Par des gestes uniques. Une vue forte. Un but grave .De Gaulle comme Mitterrand, Churchill comme Kennedy, tous, ils firent de sombres magouilles un jour ou l’autre et ils réussirent à émerger en…grands personnages. Quoi ? Ce misérable tas de petits secrets (éventés souvent dans la bio de Vastel) dont parlait Malraux. Sais pas.
Et le livre de Michel Vastel sur la vie de Landry m’a servi d’aide-mémoire des temps récents, cela du RIN de 1960 ou putsch —de Gérald Godin, poète et député— anti-P.-M. Johnson… C’est excitant, on oublie si vite l’histoire qui est en train de se faire. Hier, aujourd’hui, demain.
Allons voir si l’école des jeunes chefs a bien fait se devoirs du jour…J’ai faim.

le jeudi 3 janvier 2002

le jeudi 3 janvier 2002
1-
Ça y est : mes J.N. peuvent vraiment débuter maintenant. 2002. Les quinze jours de J.N., en décembre, ont servi de… rampe de lancement. C’était pour l’an neuf que je voulais noter au jour le jour mes éphémérides. Projet : sa rédaction éditée en livre, début de 2003. Je relirais alors le journal fait ici et je pourrais en tirer la substantifique moelle ? J’avais lu cela —ce « savoir faire » d’un diariste—, et je trouvai ça plein de bon sens. En somme, au bout d’une année, faire la relecture —la revue— de cette masse écrite ici et la tamiser, la filtrer, en dégager les points forts. Espérer y trouver des pépites— non pas d’or— de vie. L’or du temps ! On verra bien.
Ce matin, un jeudi de beau ciel en bleu et blanc comme notre drapeau national. Troisième jour donc de l’année novelle. Dès ce matin, comme partout ailleurs sans doute, la reprise de la routine quotidienne : d’abord, lecture des quotidiens, cette drogue, et café sur café, autre drogue. Je n’en bois pus que le matin de ce « nectar des poètes », comme on disait au temps de Balzac qui en était, lui, complètement intoxiqué, et du fort, du très noir chez l’auteur de « Germinal » Sur son lit de mort , Balzac aurait dit : « Je meurs de 250 000 tasses de café! »
2-
Lundi soir, attente du jour un. L’actualité ? Par un biais étonnant, à la télé, une émission sur les Croisades. Un grand mot regretté de Bush jr. Le documentaire raconte la peur du Grand chef de Byzance. Les Turcs, venus de l’Asie centrale, s’installaient en ce qui deviendra la Turquie. Le chef des « christianistes » s’énerve, panique pour la chrétienté menacée et fait appel au pape Urbain pour obtenir quelques bribes de guerroyeurs vaticanesques. Le pape , en ce temps-là, menait son affaire comme tout chef d’état avec armée et autres ressources bien laïques ! C’est au château-forteresse-abbaye de Cluny que niche la place forte des catholiques. Cluny ira beaucoup plus loin que le désir de renfort de Byzance Ce sera le prêche fou : « On a mal lu les évangiles. Le Christ permet de tuer, jamais un autre chrétien, mais les infidèles, les impies (entendez les Turcs), cela oui, mais oui, le Christ autorise les assassinats. »
Début de la dizaine d’horribles foires d’empoigne écœurantes : les Croisades ! Ces « chevaliers » moins valeureux que pirates. Des foires qui ont foiré justement. Beaucoup de sang, des pillages dégueulasses ! Plus tard, les masses de reliques folichonnes à marchander : dont ce « nombril du Christ, et quoi encore ? Le bois « de la véritable croix de Jésus » formerait des douzaines de potences sacrées !» Puis, ce sera l’odieux commerce des indulgences pour raison de construction du Vatican.
Tous les dimanches matins, au collège, c’était l’étude obligatoire de l’Histoire de l’Église, pas un mot sur ces turpitudes chez messieurs les Sulpiciens. Oh, les mensonges ignobles qu’on nous a conté ! Tromperie indigne sur des jeunes cerveaux malléables. Devrions-nous exiger des excuses? Cette mode des pardons à la chaîne, pouah ! C’est vain. Le mal a été commis. Inexpiable. Que les vieillards en soutane crèvent avec les remords. S’ils en ont, ces vieux fous !
3-
Je lis que le grand dramaturge catho, Paul Claudel, avait des actions dans des industries de guerre allemandes (nazis), durant le conflit, qu’il n’avait pas respecté sa promesse d’aider sa fille illégitime —tiens, tiens, tout à fait comme notre René Lévesque ! De là, j’y reviens, à traiter de tels brillants prosateurs de « sales cons monstrueux » comme Foglia le fait…Ouow ! C’est triste, ça empêche pas l’inspiration tout à fait hors du commun.
Cette télé, si assommante partout, à cause principalement des publicités tonitruante que je ne supporte plus. Il n’en reste pas moins que…Que j’hésitais —dans « les aveilles » du grand premier jour— entre revoir le monologueur Deschamps, ou visiter San Francisco, ou observer (sur 3 chaînes !) cette « Bottine souriante » (on les sort aux Fêtes seulement !) ou passer en revue le jour 11 septembre fatidique… L’ on vogue d’un canal l’autre…Deschamps toujours coriace, faux-innocent cruel et provocateur, c’était bon mais…j’éteins (les maudites pubs !)
4- et décide de lire un livre qui traîne sous la table à café. « L’histoire des forgerons » (un album « Time Life », illustré grossièrement hélas ) ses débuts (tiens, en Afghanistan !) ses découvertes inouïes, ses trouvailles renversantes, ses bijoux fabuleux, ses inventions guerrières. L’or et l’argent d’abord. Puis, dans l’ordre ce sera l’âge du cuivre, puis celui du bronze, enfin du fer !
À la fin, je me suis senti un peu plus intelligent.
Avec la télé, c’est moins fréquent , nous sommes d’accord ? Cet album faisait son tour de tous les continents. L’art des fontes savantes, des fours à sarbacanes, des coulages délicats par le procédé de « la cire perdu », en Chine comme en Arabie, et, à la fin de ce « voyage en métaux fondus », relire les pillages monstrueux des extraordinaires « métallurgistes », vraiment surdoués, chez les Aztèques, Mayas et Incas, par ces horribles conquistadors venus d’Espagne fait froid dans le dos.
5-
Agapes réussies quand s’amena tous les chers miens au soir du « JOUR UN ». Raymonde, bedaine sur son poêle, chassant « l’intrus » sans cesse, moi, a su contenter les onze becs avides.
Au dessert café, échange rituelle de petits cadeaux, symboliques puisque nous avons tout, bourgeois installés confortablement. Gabriel, benjamin de ma fille, tourne autour de nous avec un caméscope tout neuf. Images furtives dont celles du papi qui raconte des histoires comiques. Rappel, c’ était inévitable, du tragique 11 septembre à Manhattan : « Moi, j’étais en voiture… J’étais à me cours… J’étais à lire mon journal… » Etc.
Les souhaits volaient… et, bien entendu, les bonnes résolutions, hum !
6-
Lendemain de la fête, mercredi matin, ayant reçu tout un bloc d’albums-à-photos, nous voilà, Aile et moi, à dresser des piles de photos. Les amis, un album. Les familles, un autre, « nous deux » encore un. Enfin un album pour des photos de voyage, des îles de la Madeleine à Porto Plata, l’hiver dernier. Que de « moments de vie ». Que de témoins du temps qui file. « Mon Dieu, que j’étais jeune, une fois ! » s’exclamait Emmanuelle Riva dans le film de Duras-Renais « Hiroshima, mon amour ». Si vrai ! Nostalgie qui nous saisit alors ! Un certain silence s’installe tout à coup. Malaise. La loi impétueuse de la vieillesse qui nous dit, la cruelle : « Voyez, comme vous étiez beaux et jeunes, un temps ! » Salope !
J’ai terminé enfin ce roman, « Aliss », du jeune Patrick Senécal. J’aime lire la ponte des cadets. Un monde nous sépare.
Chez Senécal, en début, que d’hommages…aux amis, aux conseillers (!), aux chers parents, aux réviseurs, etc. À la fin, que de « sources » indiquées. À Kundera, à Jean Racine, à Anaïs Nin, à Sade, à Nietzsche…et à Lewis Carroll, auteur du célèbre « Alice… ». Oui, un monde. Dans notre temps (oui, pépère on t’écoute !), foin de tous ces remerciements. Nous écrivions, vierges, innocents, pionniers, nous avons, candides, le sentiment d’écrire sans cesse les premiers livres de la terre de Québec.
De nos jours, ces romanciers ont fait de longues études littéraires, connaissent les ouvrages des « illustres », s’en inspirent volontiers. Font des sortes d’interminables Paraphrases. Ainsi son « Aliss » n’est pas seulement un salut àl’ « Alice » de Carroll, mais aussi à Sade, le marquis malade d’ imageries d’une sexualité pathologique et sanguinolente. J’ai détesté son roman pourtant farci habilement de trouvailles solides, de « lignes » drôles, d’image fortes aussi. Son idée d’une sorte de voyage « initiatique » par une jeune fille venue de banlieue ( Brossard), décrocheuse, se retrouvant via une station mystérieuse du métro (cela est fameux !) dans une sorte de cité maudite est efficace au début. bonne. Hélas, ce n’est que « drogues et sexualité pervertie ».Cela fait convenu désormais. Pas de monstres, pas d’animaux mythiques, ni paysages surréels, pas de secrets, de tabous, de codes mystérieux. Pas de symbolique un peu surréaliste. Rien. Rien que les drogues (Macro, Micro et Royale, gélules habituelles !) et des partouses « ouellebecquiennes !
Des piqueries, des danses à 10 piastres, de l’échangisme aux piments usés à la corde (que de pénis et de vulves en l’air !), voyeurisme improbable, « adolescentisme » assommant ! Ce n’est que jus, liquide, un « ondinisme » infantile ! Obsession de l’ auteur ! Fantasme à sens unique ! Il y a une pègre classique, et les déviations d’un sadisme rebattu.
La fugueuse découvre quoi ? Le mal ? La fin d’ »Aliss », très moraliste, le soutient en toute bonne conscience ! Elle a jeté sa gourme mais va se marier, sera heureuse, et aura …deux enfants, un garçon, une fille ! À Québec en Haut , avec un type de bonne famille.
Et « cui cui cui », mon histoire est finie, disait Maman Fon Fon !. L’auteur, lui aussi, a jeté son sac d’ordures scripturaires, et, page de la fin, le jeune auteur écrit : « Merci papa, merci maman !». On croit rêver ! C’est bien long, un roman plein que l’on bourre de pages dialoguées longuettes… devenant ainsi, davantage qu’un roman, un scénario de télévision érotico-porno. Le livre aurait pu se passer de 50% de son volume. Déception. L’idée du jeune Senécal, je le redis, était excellente. On l’a assez dit : aucun texte n’est innocent : on éjecte, on projette, ce que l’on est. Hélas !
7-
Comme tout le monde ou presque, guet des émissions de fin d’année :
Tiraillement…Il y a et L’INFOMAN à la SRC (je j’estimais modérément) et Marc Labrèche à TVA. Valse-zapette comme il se doit. Le forcené moqueur, Infoman, a gagné : il y en avait des fortes ! Chez le Grand Blond, quelques bons moment. Plus tard :chez Bureau qui a un si beau bureau, conversation mal menée avec des humoristes. Plutôt ennuyeuse machine. Bureau est toujours comme… mal à l’aise avec les gens du monde des arts et spectacles. Je ne sais à quoi cela tient ! Avec des écrivains, il fut souvent bon (Paul Auster entre autres) avant de devenir un « homme d’infos ». Certes il fait précieux de « prime abordage » et un tantinet 18 e siècle mais il est cultivé, bien articulé dans ses topos, structuré dans ses questionnements. C’est toute autre chose qu’un Bernard Derome, par exemple, dressé avec —avant tout— lecture de papiers rédigés part d’autres. Bureau est très capable de formuler ses pensées et de jouer son propre jeu. Autre génération. Autre façon de faire au fond dont Derome et Cie ne sont pas responsables. Foin de « La fureur » , émission-jeunesse (?), on va au dodo avant minuit, il fallait être en forme pour la réception des miens pour le Jour Un, le lendemain.
Oh, oh :ça sonne en bas, voici Laforce, retraité de la SRC et devenu prof à Grasset et à Saint-Hyacinthe; c’est un départ ! En route pour une marche de santé de Val Morin à Saint-Adèle par la piste cyclable et skiable…Vive le froid ! Hum…

Le vendredi 28 décembre 2001

1- Un paysage de blancheur ce matin. Après midi, ça passe au gris là-haut! Mon drapeau sur la rive , m’ indique un vent d’ouest. Faible. Ce soir , avec les J., bouffe à la vieille gare de Mont Roland. Que de gares rénovées au long de la voie à vélos à skis de fond de Saint-Jérôme à Mont Laurier! Fondu bourguignonne en vue, yum.
Correction importante pour mes affionados, ceux qui iront voir mes deux téléthéâtres (1964 et 1965) ‹et me rencontrer‹ à la cinémathèque, boulevard de Maisonneuve.
a) c’est en février, et  » non en janvier « , le premier :
 » Blues pour un homme averti « , avec un Jacques Godin, inoubliable à mes yeux, en vieil enfant,  » bomme  » perdu quêtant un père rêvé… C’est le 8  » février  » donc à 8 h.p.m., ou 20 h quoi. Salle Fernand Séguin. ET
b) le 12 février, 4 jours plus tard, à 7h.p.m. cette fois, 19h quoi, , ce  » Tuez le veau gras  » avec un  » jeune  » Benoît Girard étonnant, un » instruit « , revenu de la Sorbonne, dans sa petite ville il osera trahir ‹il avait pu les faire se révolter‹ les ouvriers en grève une Janine Sutto en môman couveuse merveilleuse.
Hier, je terminais donc ce ÉCRIRE. Je vais poster cela à Victor-Lévy B. tantôt. Ouf! Content de cet  » adieu à la littérature « . Ne reste que mon journal, ici. Aurais-je la force de cesser le roman ? On verra bien. Je veux revenir à mes pinceaux, à mon encre de Chine.
2-
Vu hier soir à ARTV,  » Le sea horse  » de Carrier avec Godin et la  » grand jaune  » la Filiatreault. Couple vieillissant perdu, paumé, insécurisé et cherchant une sortie à leur existence misérable. Une tenancière de  » pub  » et un marin mécanicien se confrontant. Duel captivant et un récit bien triste. Une fin faussement heureuse. Deux vies impossibles. Freud veillait sur cette femme
Battue, à l’enfance trahie, piétinée, qui refuse de croire que son vieux voyou, candide, la ramènera au bonheur. Plus de confiance, répétera-t-elle quand le générique défilera.
Ensuite, départ pour une des salles de cinéma en bas de la rue Morin. Quand on y va, on a l’impression du cinéma à Wells Beach ou à Ogunquit, l’été. Eh oui! Sais pas trop pourquoi! À 21h 30,  » L’étranger de Las Vegas « , ou  » Ocean Eleven « , car ils sont onze voleurs de métier!
Le film divertissement classique, sauce bien américaine, attaque du coffre-fort de 3 casinos à Las Vegas. Matt Damon, Brad Pitt, la siliconé des babines, Julia Roberts. Le héros aux allures de James Bond, qui cherche à ravoir son ex, la grosse babine enflée! Qui pose et fait peu!
Déception : plein de gadgets,  » full  » électroniques, dira un jeune Peu crédibles outils ultra sophistiqués, de ce cambriolage gigantesque et réussi. On vous en jette plein les yeux, ça revole et on espère que le public n’aura pas le temps d’interroger tant de machinations brillantes. Film fraudeur au fond! On ne nos reprendra pas, c’est juré Regrets vifs de n’être pas allé voir  » Kandahar « , visions d’Afghanistan, hélas, tournées au Pakistan pour des raisons bien connues, c’était une salle voisine.
3-
Faut que je questionne mes enfants : avons vu du  » Sol et Gobelet  » antique sur ARTV. Plutôt niais, mal fait, cucul pas mal On tente de mythifier (!) ces bouffons d’antan. Vaine nostalgie à mon avis. Un Sol-Favreau toujours crachotant, feu-Luc Durand bien mécanique, une histoire abracadabrante. Bref, je veux savoir si c’est la vérité que ces bouffonneries infantiles télévisées sont des devenus d’impérissables souvenirs pour ceux qui ont 40 ans aujourd’hui. Si oui, pourquoi donc ?
4-
Ce soir, à l’Actor’s studio, ARTCV, 21 h., l’invité Tom Hanks. Nous regarderons encore. Susan Sarandon y fut, la semaine dernière, plutôt fascinante, non ? Et l’on s’habitue peu à peu à ce questionneur rempli de suffisance, il pose de bonnes questions, est bien documenté et fait voir des extraits des films de son invité pertinents.
5-
La boxe. Le film  » Ali  » se mérite pleins d’étoiles. Nul doute que cette biographie de Cassius Clay (son nom d’avant sa conversion à l’Islam) doit être bien menée Mais la boxe! Une bêtise grave. On sait bien, en 2001, l’importance de cette merveille humaine : la tête, le cerveau. Faut être sauvage, abruti, inconscient, arriéré mental profond, (de jeunes gueux exploités par des brutes ?) pour se cogner à coups de poing sur la tête. À la rigueur, je tolérerais un combat où l’on se casserait les bras, les jambes, le cou, les reins (alouette! ) tout quoi mais se frapper le cerveau ? Folie furieuse, imbécillité navrante! La boxe devrait être interdite L’ONU devrait déclarer  » hors la loi  » ces combats! On en voit aux Jeux Olympiques et c’est dire la connerie universelle qui continue!
Avec ces badauds-voyeurs (que nous sommes, tous) qui rêvent de voir la mort, pulsion morbide.
6-
Ce soir nous télévisionnerons : a) Raymond Devos en récital de drôleries surréalistes à L’Olympia de Paris en 1999 ‹il nous décevait, il y a quelques années, au Saint-Denis‹ mais Devos est si étonnant si souvent Canal D, 19h. Touchons du bois et espérons qu’il sera redevenu l’étonnant humoriste de ses commencements ce grand ami de notre Félix.
b)
Coup d’oeil au film-docu de Labrecque sur  » Anticosti « , à partir de celui de M. Menier, (Meunier ?)un chocolatier de France, millionnaire qui voulut installer un village autonome au milieu du fleuve jadis. Nous regrettons encore, Aile et moi, de n’y être pas allés quand l’on parcourait toute la Côte Nord, il y a deux étés. Paresse de touriste.
c) aussi, donc Tom Hanks chez ARTV. Nous aurions aimé revoir ce petit film simple, bien fait, ce  » Marius et Jeannette  » à Marseille, un film attachant, modeste, avec plein de coeur, c’est à T.-Q à 21h, ça aussi, mais on ne peut pas tout voir!
Bon, si on allait marcher un peu sous ce ciel gris ? Oui.

PIEDS NUS DANS LE CRÉPUSCULE ! (souvenir de Guy Beaulne)

Je revois Guy Beaulne, le soir montait dans cet hiver de 1957. Il s’amène par un  » frette noère  » au chalet du parc Laurier, rue du même nom. Ce fou de théâtre est l’infatigable  » repéreur  » des jeunes amateurs pour le prestigieux (à l’époque)  » Dominion Drama Festival  » pan canadien. On se démène, jeunes troupiers énervés, sur la petite scène du chalet et je vois monsieur le juge Beaulne, dans la pénombre de la salle, qui retire ses pardessus, ses souliers, enlève ses chaussettes trempées et les installe sur un des calorifères, son visage, toujours encourageur, suivant sérieusement nos ébats dramatiques ! Notre juge était  » pieds nus dans le crépuscule  » pour paraphraser un titre de son ami Félix Leclerc.
Nombreux ceux qui vont regretter la mort du pionnier Guy Beaulne. Avant l’arrivée de la télévision, l’exilé de la radio de Hull avait désormais un bureau très précieux au quatrième étage de Radio-Canada, à Montréal. Sa porte était grande ouverte aux jeunes (et moins jeunes) dramaturges du territoire. Beaulne avait fondé dans son studio numéro 13 sa série :  » Nouveautés dramatiques « .
Le public pouvait y entendre les textes inédits des Yves Thériault, Eugène Cloutier, Guy Dufresne, des jeunes Marcel Dubé, Jacques Languirand, Pierre Perrault et combien d’autres.
Cet inestimable banc d’essai fut un formidable premier levier, premier encouragement à écrire. Je dois à Guy Beaulne, à la liberté totale de ces « Nouveautés dramatiques « , d’avoir voulu devenir écrivain, plus tard romancier.
Beaulne était toujours enthousiaste, d’un optimisme stimulant et audacieux, il ne craignait pas les innovations. Le prestige de la SRC s’est construit par cette sorte de pionnier. Nous serons nombreux à ne jamais l’oublier par-delà la mort.

Pour en finir avec le bon parler français !

Les pincés et les p’tits moéneaux !À un ancien  » Salon du livre « , j’avais grondé feu Georges Dor qui publiait des pamphlets sur notre mauvais français. Je lui avais reproché, scripteur destiné à se servir de tous les niveaux de langage, de s’être métamorphosé en surveillant de dortoir, le chicanant :  » Ça n’est pas notre job, Georges, laisse ça aux linguistes « . Je lui avais dit en riant :  » Je n’aurais jamais cru que tu prendrais le parti des chics Pinson, face aux modestes Moineau ! « , allusion à son téléroman populiste. Algarade amicale donc au kiosque de notre éditeur.

Paraphrasant Albert Camus, j’affirme :  » Entre la langue de ma mère et le français standard, je choisirai toujours la langue de ma mère « .

Lecteurs, en avez-vous assez des  » donneurs de leçons  » du genre Denise Bombardier et allii ? Sans cesse, l’apprenti puriste —ignorant les conclusions de la science linguistique— dénonce seulement les effets en oubliant ces causes.

Nos déficiences langagières ont des origines très explicables, historiques. Il faut éviter les faciles et magistrales admonestations qui se résument à :  » Faisons honte à ce peuple de nègres blancs « . Les dénonciateurs de nos travers langagiers restent le nez collé aux effets. Il serait autrement courageux d’étudier  » la condition québécoise « , des débuts de la colonisation à aujourd’hui, un manque de mémoire ou ignorance feinte ?

L’épurateur du patoisant, sa chasse aux fautes, lui est une obsession. Il fait mine d’oublier et d’où nous venons et où nous en sommes. Il y eut 1760. La tragique  » défaite « (abandonnons ce mot de « conquête »). Après la défaite de la démocratie, 1837, ce sera cent ans de couvercle —à religiosités et piéticailleries— sur la marmite. 1840-1940. 1940 : début du réveil, très timidement.

Enfin, Il y a l’histoire actuelle : 1970-2004 : l’installation d’un impérialisme culturelle anglo-américain, tout puissant, mondial. Cette culture pop —films, télévision, chansons— donne un signal aux jeunesses : le français ne compte pas ! De là l’indifférence à la santé (la qualité est une santé) du français. Cette renversante vague états-unienne s’appuie sur un  » axe « , réseau universel Grande-Bretagne, Irlande, Australie, Canada (hors-Québec) Nouvelle-Zélande. Et encore, par parenté lointaine, cet axe peut compter (diffusion comme promotion) sur des pays anglophiles : agglomération planétaire « sous influence » : Allemagne, Autriche, Suisse alémanique, Belgique flamande, Hollande, voire des pays scandinaves. Désormais l’Afrique, voire ce qui se dessine au Rwanda.

Alors les effarouchés de notre  » louzy french  » (mot de Trudeau) oublient que cette titanesque machine rugit juste à nos frontières, étant notre voisine immédiate. Des nations autrement solides que la nôtre, Italie, France, Espagne, Grèce, Portugal, en sont déstabilisées. Et nous, tout petit satellite en ce proche orbite du matamore culturel, on nous voudrait avec un français exemplaire ? Il nous faudrait des milliards (d’argents publics) pour contrer cette omniprésence.

Qui est fier de mal parler ?

Tout le monde est pour la vertu, chère  » enfant de l’eau bénite « . Nos gens ne font pas d’efforts particuliers pour mal parler. Tout de même ! Les grands  » coups de règle  » sur les doigts —« Ô Denise, toi, transformée en vieille maîtresse d’école acariâtre ? »— n’aident en rien à solutionner un vaste problème. « Ta mé é-tu là » est une pauvre manière de parler. Le  » joual  » n’est pas une invention née d’une volonté libre. Allons, qui est fier d’avoir du mal parler, du mal écrire ? Cet acharnement à dépeindre les nôtres comme de fieffés paresseux est une injustice. Quel mépris du peuple d’ici !

Ces temps-ci, la corrida des instruits cible tout le monde : A- les maudits profs, tous décrits en abrutis inconscients, B- les maudits fonctionnaires du ministère de l’éducation, tous des aveugles impotents C- les misérables parents, tous des irresponsables, D- les voisins, les amis de la rue, tous des abrutis vicieux, E- bien entendu, les vastes lots d’élèves : tous des maudits paresseux. Bref : hordes de comploteurs ignares et sordides, entretenant complaisamment nos faiblesses en français ! Attitude de paranoïaques, non ?

À quoi sert ce fléau brandi pour culpabiliser le monde ? À intimider ? À contrôler les permis d’ouvrir  » sa trappe  » ? Dans ma jeunesse, on faisait taire parents, voisins et amis, en terrorisant par des  » campagnes publicitaires  » arrogantes. Nous traduisions par : » Fermez tous vos clapets ! Taisez-vous ! Vous nous faites honte !  » Ce silence complet était propice aux grandes noirceurs. Veut-on faire revenir le temps de la peur collective de nous exprimer ?

Ces parangons du  » bon parler  » semblent avoir pour but d’humilier les victimes de contextes historiques précis. Ces censeurs hautains reprocheront même à certains auteurs d’oser donner la parole aux pauvres, à ceux qui n’ont pas eu la chance d’apprendre à « bien perler ». Ce Tremblay, dramaturge, une honte ! Le poète Michel Garneau traduisant Shakespeare en joual, quelle honte n’est-ce pas ? Lisez les jeunes romanciers : intimidés, nos talents nous fuient avec des ouvrage —exotiques ou classiques— ne nous illustrant plus ( les Lepage et Cie.), plein de « jeunes » romans remplis de prénoms bizarres et se déroulent ailleurs ! Jeunes créateurs honteux de leur pays fustigé trop longtemps. Est né la mode actuelle, en théâtre comme en littérature, du déracinement volontaire. Déplorable et malsaine mutilation.

La langue des émotions : le joual ?

La plupart de nos grands-pères, nos pères, parlaient mal. Je parle souvent dans la langue de mon père qui ne parlait pas très bien. Cette  » langue maternelle  » imparfaite, boiteuse, est ma langue. Je n’en suis pas fier mais je ne la renierai jamais. Elle fait partie de mon humble héritage et je n’en ai nulle honte. Ce patois, ce jargon, ce créole nordique, nommez cela comme vous voudrez, véhicule, et très efficacement, émotions, sentiments. Les Québécois utilisent instinctivement le joual quand ils veulent exprimer de grandes colères, de fortes surprises, de grands bonheurs, on le sait bien.

Même les  » anciens  » pauvres, les chanceux du sort qui ont pu s’instruire —séjourner en France— vont recourir à cette  » langue maternelle  » au français magané, puni (Vigneault dixit). Elle fait partie de notre peau. Quelques apatrides volontaires renient ce fait. La majorité des gens d’ici n’a pas eu la chance d’aller étudier la bonne diction française chez la célèbre Madame Audet. Je regrette, bien entendu, nos moqueries effrontées face aux filles et garçons chanceux, protégés par des mamans soucieuses, qui articulaient. Il y avait dans notre bande de Villeray, « chez toi, Denise », ce grégarisme malsain, pétri de méfiance. Il illustrait, au fond, notre fragilité, notre insécurité nationale.

Paris, grande métropole de la francophonie ne fit rien, jadis, pour améliorer notre situation. France, dédaigneuse —sans solidarité aucune pour les abandonnés de 1763— installait ici ses chics ghettos, « Alliance française» et « Union française »  » —comme en Afrique, en Indochine. Paris installait ses écoles du type  » Villa Maria  » sur Queen-Mary road,  » my dear  » et ses collèges de modèle  » Stanislas « , à Outremont,  » très chère  » ! La néo-colonie française ne souhaitait pas mélanger ses élus avec ces Canayens-frança à la parlure d’aliénés pathétiques. Même mépris répandu par l’exilé londonnien, Modecaï Richler, petit gars pauvre et doué, né pourtant rue Saint-Urbain, Même racisme, surprenant quand il provenait de ceux qui nous devaient un peu de solidarité, les Français de France.

De rock et de rap !

J’en ai  » ras-le-bol « , comme dit Paris, d’entendre râler tous ces snobs, ex-quêteux-à-cheval. Les Chartrand, Falardeau ou professeur Lauzon, ont souvent recours à cette langue infirme car elle est, à l’occasion, riche en tournures fracassantes, en cocasses expressions Elle est parfois indispensable —munie de jurons— pour transmettre efficacement des vérités décapantes. Chaque fois, cela énerve considérablement nos « nettoyeurs dégraisseurs » en langue, ces autoproclamés en expressions correctes. Ils geignent, exigeraient des patentes, licences, permis… d’utiliser la langue. La populaire, qui n’est n’est pas aux dictionnaires parisiens, c’est merde. À bas, ces tabous, ces interdictions d’inventer, « de néologiser ».

Pendant ce temps, la popularité de l’empire états-unien et ses associés —j’y reviens— est dévastatrice. Vive le  » joual amerloque. Écoutez jacasser nos adolescents, écoutez bien, c’est le calque ( anglais médiocre) de cet  » autre joual « , la mode de vivre USA, publicisés sans cesse à travers les trois écrans —cinémas, télés, ordinateurs— de la planète. Cette anglo-américanisation a beaucoup à voir avec les difficultés en français. Que l’on n’aille pas m’imaginer en anti-américain primaire. Ils sont 280 millions et je reconnais volontiers que ce pachyderme glouton offre parfois de valables productions —livres, musique, ciné, télé. Il est très capable d’engendrer de la qualité, à l’occasion. Des productions culturelles consistantes. Mais il est seul dans le monde entier avec tant de moyens. De plus il reste absolument hermétique aux  » merveilles  » des autres nations.

Son isolement voulu, encouragé, sa lutte contre les « exceptions », le cloisonnement usa, sa totale fermeture, son constant refus des « autres cultures », est une tare reconnue. Cela montre l’autosuffisance d’un empire riche si pas toujours quétaine. Hélas caricaturé parfois par des envieux. Il y a que cet impérialisme séducteur ravage et nivelle. C’est dans la nature d’un empire. On ne peut reprocher au géant d’être pesant, d’y aller fort. Il n’existe pas pour casser les autres cultures mais il ne se retient pas pour causer des dommages. Il va selon sa puissance qui croît sans cesse. L’éléphant enrage s’il y a la moindre, résistance ou protectionnisme.

C’est le destin d’un moloch, il s’installe de Rome à Amsterdam, en passant par Paris et Berlin, de Moscou (depuis janvier 1990) et bientôt de Pékin à Saïgon. Un rouleau compresseur, un indomptable bulldozer. On affirme que son influence est beaucoup plus grande toutes proportions gardées— que celle de l’empire romain du temps des Césars. Un fait unique dans l’histoire des civilisations.

« Bon chien va » !

Ce 2 % de french-speaking, leur voisin d’en haut, n’a donc guère d’importance pour Moloch-USA ! Quelques lignes de français sur la boîte de céréales ne changeront rien à sa superbe, ma pauvre Denise. Il nous reste à quémander un peu d’espace. Ce sera des « Québec à New-York ». Avec notre argent public. « Bon chien, va, couche, couche » ! C’est cet influent, et séduisant Royaume du sud qui entraîne notre négligence, notre laisser-aller, une sorte d’auto-dévalorisation. Le colonisé québécois (comme celui de Paris) ne voit luire que l’herbe-aux-engrais puissants du riche multivore, a honte de son jardin, va vite s’américaniser, if I can’t beat him, I’ll join him. Jadis, c’était la domination anglo-montréaliste installée sur notre pauvreté collective et en découlait notre manque d’instruction accompagné du fatal sentiment d’infériorisation. Effet ? La venue de notre charabia. Ceux qui ont mon âge virent s’avancer l’inévitable contingent d’effarouchés, type Victor Barbeau, avec pimbêches apolitiques, superbes instruits myopes. Au lieu de s’en prendre à nos dominateurs, ils se ruèrent aux fouets :  » Honte à vous tous !  » Et actuellement : même aveuglement.

Jadis, ce fut le silence partout. Oh ! nos pauvres pères mutiques. Le Québécois sans cesse morigéné, insulté, bafoué, humilié par nos zautorités, ferma sa trappe, son clapet, rentra dans sa houache. Le cléricalisme ultramontain, strap dans la main, de mèche avec le duplessisme à strap ultra conservateur, s’incrustèrent. Il faudra attendre l’aube de la révolte salutaire « Refus global », « Liberté », « Parti-Pris », de rares alliés, profs courageux, radio-canadiens anti-cus-de-poule— pour rouvrir les vannes et raviver la liberté populaire. Nous proclamions alors : « Exprimez-vous bien ou mal, mais parlez. Nous nous corrigerons plus tard ». Vrai que nous ne nous sommes pas corrigés, qu’il y eut excès de laxisme. Inévitable quand la marmite saute !

Maintenant, il y a ces causes nouvelles auxquelles je viens de faire allusion. Les changer ? Moins facile qu’humilier sans cesse ceux qui n’ont pas eu la chance de s’instruire. Notre étonnante langue maternelle n’est pas en cause. Après tout, des monologuistes (Deschamps), des chanteurs (Charlebois), des poètes ( les émouvants  » Cantouques  » de Gérard Godin) —et qui encore ?— ont illustré ses ressources. Il était faux de répéter que le  » créole québécois  » faisait écran pour les autres francophones. Tremblay le joualeur sera joué partout ! C’était mieux que ce  » slang états-unien  » qui s’impose, lui, partout. Parce qu’ils sont riches, puissants et nombreux, répond l’observateur le moins sagace. Quoi ? Parce que nous sommes peu nombreux et sans grande puissance, notre patois ne vaut rien ?

Nous sommes un miracle !

L’a-t-on assez répété que c’était un miracle —un miracle sociologique— de parler encore français (même mal) en Amérique du nord ? Avec 300 millions d’anglophones tout autour, des Jebwab et Al, tremblent —et sans rire— osent affirmer qu’ils craignent, ici, pour la survie de l’anglais ! Oui, oui, ce fut publié dans nos gazettes. L’anglais pourrait crever ! De qui diable se moquent-ils ? Nous devrions normalement tous parler  » états-unien « , au Québec, c’est arrivé souvent, un peu partout, dans l’histoire du monde cette inévitable assimilation. Des faiblards sont disposés à rendre les armes et, e français, veulent le choix libre, pur envoyer leurs petits aux écoles anglaises ! Pourtant, plein de visiteurs étrangers n’en reviennent pas et le disent : ce Québec français, un miracle ! C’est la vérité. Cela avec notre français bousculé, froissé, blessé, bosselé, fracassé, certes. Avec des bleus un peu partout ! J’écoute parler de mes proches qui sont allés à l’université, de mes petits-enfants qui vont, ou iront, à l’université et les fautes pleuvent. Ils n’ont pas —pas tellement mieux que nous— réussi à maîtriser le français correct. Futiles ces coups de  » strappe  » dans les paumes. Les fameux  » si j’aurais » du Président Larose, moqués par madame Bombardier, ceux de ma parenté (et les miens aussi souvent) sont l’effet des causes. Causes à inventorier et mieux que j’ai tenté de le faire ici, messieurs les puristes énervés. Faire honte sans cesse à nos gens ne donnera rien, arrêtons de fustiger les profs qui sont aux prises avec ces terrifiants appâts de la mondialisation sauce USA et alliés.

Je sais qu’en ce moment des papas luttent contre une invasion difficile à contenir : jeux vidéo jeux-internet, made in USA, arcades in english, machines nintendo, disques (CD, DVD), rock and rap, succès des palmarès, etc. J’en connais intimement de ces valeureux pères de famille qui savent exactement de quoi je parle, qui se débattent contre l’hydre séductrice.

Ils savent bien que les profs font face au même rival. Terrifiant concurrent « sans tableau ni craie, lui » mais muni de lumières clignotantes, de violents bruitages, de pétarades, d’effets virtuels dynamiques, avec brillantes et clignotantes bulles gonflées de cris aux mots « all-american ». Fichez la paix aux enseignants : la classe d’école ne pète pas le feu cinétique bien-aimé des jeunesses.

Un combat plus utile

Laissons donc en paix ceux qui émettent des « si j’aurais ». Dénonçons au plus tôt les mercenaires, pas toujours bénévoles. Ces serviles et inconscientes courroies de transmission des productions amerloques, à pleins écrans de nos télés, à pleines pages de nos magazines et journaux. Ces dociles reporters, obéissants publicistes, stipendiés souvent via les junkets, louangeurs effrénés de cet envahissement culturel servent volontiers Molloch. Riche comme Crésus, Mastodonte-USA achètera de toute façon les espaces-annonces, garnira nos placards et n’a nul besoin de nos indigènes mercenaires. Les produits-USA sont commentés avec une zélée ponctualité et cela activent la mocheté linguistique des nôtres. Tus ces interviewers complaisants creusent le trou notre défaite. Ils participent tous à la surenchère de cette invasion planétaire. De l’actuelle culture totalitariste soft.

Adieu diversité et bonjour libre échangisme du ONE WAY. Ces agenouillements réduisent sans cesse le français, ici comme en France. On finira par ramener le français à un petit lexique à parfums, à foie gras, à fromages fins. Plus rien à voir avec les « Dites ceci, ne dites pas cela », utiles sans doute. Un jour si on continue ce laisser faire, il n’y aura plus qu’une « Dictée française », ce sera au canal RARETÉS, payant. Un jeu de scrabble avec maigres sachets de lettres à assembler, un jeu faits d’onomatopées et de borborygmes. La langue « menum-menum » —des ados— sera pour tout le monde. Examinons, bien compris ?, les causes et corrigeons-les, fichons la paix à ceux qui subissent les effets, sinon, on balbutiera trop tard : « Si j’ara su —rock-rap-télé-ciné made in USA— je les ara combattu ».

Il sera trop tard. En ce temps-là, le joual semblera un langage de marquis !

(30)

LE PROFESSEUR LAROSE EN VISIONNAIRE

Monsieur l’éditeur,
Dans son mémoire à la CEGSALAF que préside un autre M. Larose, au nom de l’UNEQ et publié dans Le Devoir du lundi 26 mars, le professeur Larose dit d’abord qu’il est pour la vertu et contre le vice. Original ! Il fustige par exemple  » le populisme démagogique  » des  » linguistes nationalistes  » et des enseignants en faveur du joual. Ensuite, son mémoire veut nous entraîner dans un domaine disons enchanté! Féerique ! Il écrit :  » nous sommes des Anglais  » (sic),  » des Américains aussi  » (sic) et que nous devrions enseigner et produire des textes (télévision, cinéma compris) sur le passé glorieux de pionniers ne craignant pas de naviguer jusqu’au fond de cette Amérique sauvage ! Il dédaigne nos audacieux républicains québécois, ‹les Patriotes, de 1830-1838 ‹ il dit :  » glorieux mais patibulaire « .
Larose en a assez (et l’UNEQ aussi sans doute) du rapetissement historique. Diable ! Avons-nous vraiment perdu en 1760, nous sommes-nous fait coloniser par Londres, colons abandonnés par la France et puis ensuite, assimiler, oui ou non ?, en Manitoba comme en Ontario et ailleurs ? L’auteur du mémoire de l’UNEQ souhaite une sorte de révisionnisme de notre histoire. Il sombre alors dans un néo-messianisme aussi illusoire que celui des  » curés  » du dix-neuvième siècle qui voulaient le triomphe canadien français catholique d’un océan à l’ autre. Une fierté artificielle, négationniste de la réalité historique des nôtres. Et cette farce combattrait le créole et améliorait la langue parlée et écrite? Franchement Larose !

Poèmes et romans en joual voulaient illustrer avec lucidité dans  » quel trou nous étions tombé collectivement  » (dixit Réjean Ducharme). Ses auteurs (dont je fus avec mon  » Pleure pas Germaine « ) ne disaient jamais :  » Voilà la langue qu’il faut continuer de parler.  » Jamais ! Ce créole est devenu populaire (Yvon Deschamps, Charlebois et Cie.) par le simple fait qu’il  » sonnait  » avec force les accords profonds de notre pauvreté sociale. C’est une erreur de croire que les médias l’ auraient aidé à se répandre, le joual était là, partout, dans toutes nos rues. Larose vante sans état d’âme l’écrasement impérialiste, métropolitain, fédéraliste, des autres langues en France. Pourquoi pas alors adopter une langue mondiale, on sait bien laquelle serait élue, n’est-ce pas ? Suivez mon regard. Quoi ?  » Nous sommes anglais et américains « , répéterait-il. Défaitisme ou inconscience ? Je ne savais pas que mon union était d’accord avec la loi du plus fort.

Le prof Larose prétend que la louange des conquêtes, jusq’au Mississipi, ramènerait les enfants de nos émigrants dans notre giron. Je doute fort que le jeune Roumain, Sri Lankais ou Vietnamien soit sensible à ce  » péplum  » historique hollywoodien, cette brève saga d’avant la défaite des Plaines d’Abraham. Ces héros (La Salle, La Vérendrye, Marquette et Jolliet) laisseraient de glace le petit Québécois d’origine cambodgienne ou paskitanoise. Enfin, le dénonciateur de notre noirceur, Larose, avance que ceux  » qui ont fini anglophones  » ‹ses mots‹ ne sont pas des traîtres. Bien. Il dit et écrit à l’autre Larose :  » Ils ont eu leurs raisons.  » C’est court pour dire qu’ils ont été assimilés par la francophobie ambiante. Une réalité qui l’embarrasse. Bref cette sorte de bon-ententisme ‹ »nous sommes aussi des anglais « , s’exclame le rédacteur mandaté par l’UNEQ‹ pue son pacifisme délétère. Et s’écrier, comme il le fait, que  » notre Ministère de l’éducation démolit la loi 101  » relève de la fanfaronnade. Que notre union d’écrivains québécois endosse pareille forfaiture est d’une navrante tristesse. Notre président, Bruno Roy, devrait maintenant s’en expliquer s’il ne veut pas que le farfelu visionnaire poursuive sur sa lancée surréaliste folichonne.

-30-

Claude Jasmin Sainte-Adèle

26 Mars 2001