ABRUTIS, DÉFENDEZ-VOUS ?

 

On nous méprise ? Oui. Ainsi, on regarde le téléjournal et « bing bang » on se fait jeter (à chaque deux minutes), des criards abrutissants dont « Brault et Martineau ». Les commerciaux, une plaie ! Cette jungle et ce CRTC, payé (par nous tous) ne bronche pas. Quel impuissant émasculé que ce surveillant des ondes ! Un pleutre, un couard poltron, son président, Jean-Pierre Blais, dort au gaz.

L’excellent chroniqueur Guy Fournier, se joint aux protestataires, comment diminuer le nombre des criards aux diverses stations ? Nos diffuseurs, assoiffés de fric, sont des mercantiles de nos ondes. Pourtant « Domaine public ».

Finira-t-on par calmer ce répugnant tintamarre à la télé ? Ne me voyez pas comme un puriste, le commerce est nécessaire en combattant le chômage. Dans les imprimés on est libre de passer outre à ces annonces mais pas à la télé ? Nos entrepreneurs (de tout acabit) ont le droit de payer pour s’annoncer à la télé mais avec mesure, civilité. Ce CRTC ne fait pas son travail, il tolère la sauvagerie « sonore et visuelle ». C’est inacceptable.

Téléspectateur, n’es-tu pas écoeuré de ces « ultra-fréquentes » interruptions, de cet incessant vacarme grossier. Au beau milieu d’un bon reportage ou d’une excellente série dramatique, foncent ces appels à acheter. Pollution. En début et en fin d’émission, okay, mais assez, M. Blais, de ce dévergondage agressif. C’est une insulte à nos intelligences.

Se formera-t-il bientôt un comité de salut public, un mouvement « anti-pubs-sans cesse » ? Les gens du CRTC vont-ils nous mépriser, encore longtemps ? Refus scandaleux du CRTC que de jouer leur rôle essentiel, cela doit être dénoncé. Ce M. Blais, son président, est-il aveugle et sourd ? N’est-il qu’un mou complice, un veule démissionnaire ?

Comptez bien —vous n’en reviendrez pas— comptez les interruptions sauvages, c’est —aux six ou sept minutes— deux minutes avec quatre messages (4) de 30 secondes ! Ou bien huit de 15 secondes (8). Orgie marchande grotesque et à tue-tête (le son est « compressé ») le magasin dans votre salon, des voyous criailleurs. Ce CRTC ? Une « Maison de tolérance ». Ce laxisme est improductif au fond. On en vient à haïr les « Brault et Martineau », alors les marchands y gaspillent donc leurs belles piastres !

On fait quoi ?

Envoyez un mot raide à : CRTC, P.O. BOX 56067. MINTO PLACE. Ottawa, Canada. »

C’est « poste gratuite », pas besoin d’y mettre un timbre, tout comme pour écrire à son député fédéral. Envoyez une simple carte postale marquée : « CRTC : CESSEZ L’ABRUTISSEMENT ! »

2 réponses sur “ABRUTIS, DÉFENDEZ-VOUS ?”

  1. Personnellement, j’ai fait ce que je pouvais faire sans difficultés: Mon téléviseur reste fermé.
    C’est virtuellement écrit dessus: neutralisons les abuseurs!

  2. Surtout pas de gaspillage, pas de lettres aux invalides. La génération montante contrôle le son via « mute » et ça c’est quand elle ne s’est pas tout simplement débranché de la tv de salon. Finis les chialages stériles, place aux actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *